Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'éros de Scharlotte
  • : Je veux vous faire part des mes démarches érotiques au pays où les hommes aiment tant les femmes. Je suis une femme qui se cherche et s’observe. Je décris mes rêves, mes désirs et ce qui se réalise.
  • Contact

Mots aimés

Envie de prendre soin de lui, d'apprendre à le comprendre. Envie de mûrir à ses côtés, de le voir mûrir aux miens. Envie de me mettre à être compris par lui.

Extrait du 'Dormeur du Val'

 

Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter. Quelquefois trois.

Alexandre Dumas, fils

 

Ça prend une minute pour remarquer quelqu'un, une heure pour l'apprécier, une journée pour l'aimer, mais une vie pour l'oublier.

Anonymus

 

Je veux bien jouir avec d'autres, je ne veux m'abandonner qu'avec vous

Des désirs et des hommes - Françoise Simpère 

 

Mon coeur est français, mon cul est international ! Arletty

Recherche

17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 18:54

Depuis quelque mois déjà je vois régulièrement un très jeune homme qui est très  silencieux. La  parole ce n’est vraiment pas son truc. Je ne me rappelle plus pourquoi j’étais d’accord pour le voir, parce que c’est rare que les hommes de moins de 38 ans m’intéressent. Je ne sais même plus quel âge il a – on ne parle pas de grande chose mais euh je crains qu’il n’ait que 24 ans.


Sa stature n’illustre pas cette jeunesse – il est grand et très costaud –il joue au football américain – faut le faire en France – hah je lui ai demandé si je pouvais le regarder jouer un jour.  Mais peut-être que ça m’ennuierait parce qu’on ne les voit pas sous leur protection.  Bon je vous raconte ça pour que vous puissiez avoir une idée de son corps : il est immense, il a des épaules impressionnantes et un dos qui sait porter. Je ne parle pas de muscles à ses bras et ses cuisses.

 

                                   Football-americain-totallycoolpix-com.jpg

Mais au contraire de ce qu’on pourrait croire il est très doux. Déjà il monte  doucement mes escaliers, il ne veut pas arriver en sueur. Quand j’ouvre la porte il me sourit d’une façon sérieuse – je ne sais pas décrire ça, c’est un peu étonnant.


Hier son arrivée était différente, il m’a tout de suite pris dans ses bras pour m’embrasser – normalement il prend son temps pour arriver, il se débarrasse de ses écouteurs, veste etc..

sprechen-sie-nicht-2690606Et il ne parle jamais ou très, très peu, seulement si je lui demande quelque chose. Donc je n’insiste pas, je reste muette aussi. Ainsi nos interactions sont plus intenses, c’est intéressant à quel point ça change. Il me regarde intensément, debout il m’embrasse je caresse son dos, il me malaxe les fesses, mais il est timide, j’aimerais qu’il soit un peu plus viril, plus masculin dans ses démarches, mais bon il est comme ça.


Il reste debout et je grimpe pratiquement sur lui, je frotte mon bas ventre  contre lui, il me serre contre lui, donc je ne tombe pas et je peux m’affoler comme je veux – il est comme un pilier dans la mer agitée. Il commence à écarter mes petites lèvres, en même temps il insiste pour m’embrasser, je commence à souffler, tellement c’est bon ;  donc je glisse ma tête sur son épaule pour souffler et pour lécher son cou et son oreille – c’est là où j’entends qu’il aime ça.


On tombe sur mon sofa et je rends presque tout de suite une flaque d’eau – je tremble à mort mais je sais qu’il ne va pas me prendre tout de suite. Il se penche vers ma chatte ah je suis ravie – mais il me lèche qu’avec la langue sur le clitoris, il ne bouge pas la langue en haut jusqu’à  mon entrée et je ne sens pas ses lèvres, il ne les presse  pas contre moi.


Puis il met deux doigts en moi et commence à me pénétrer - ohh  - en me léchant – bah je ne sais pas j’ai l’impression que j’ai vécu jusqu'à maintenant soit l’un ou l’autre mais pas les deux ensemble. Et là je ne peux plus je presse sa tête contre moi et j’ai joui en grand… une autre flaque d’eau est sortie.

J’aime quand il me prend en missionnaire parce qu’il ne cherche pas la distance, lui aussi il aime le frottement, sentir la chaleur de nos corps… avec lui je me sens très ‘singe’ je m’agrippe à lui, son corps m’invite à ça, j’adore ça !


Après beaucoup de différentes positions il jouit, mais là, c’est impressionnant,  le cri qu’il lâche est très fort, le plus fort que j’ai connu dans ma carrière ;) Il crie mon nom , me serre fort après son éjaculation et il me regarde d’une façon, que je pourrais interpréter comme un regard d’amour.

Il ne veut pas que je ferme mes yeux, il veut les regarder avant qu’il tombe dans un sommeil profond.

 

Ainsi j’ai passé ma nuit dans les bras de mon grand athlète et après les petits croissants du matin nous sommes partis main dans la main en mode ‘muet’.

 

                                   parisienne.jpg

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 19:57

De temps en temps des copines me demandent de l’aide : Comment faire pour s’inscrire sur un site de rencontre, comment organiser des rencontres extraconjugales et tout et tout.

 

 Comme je me sens un peu comme la ‘grande sœur’ des filles qui veulent se libérer je vous livre ainsi un petit mode d’emploi :

 

Tous d’abord créez  une adresse e-mail anonyme. Cherchez un nom qui vous parle qui reflète peut-être ce que vous aimeriez devenir, ça accélère peut-être les choses, on ne sait jamais ? En même temps pas un nom qui peut être traitre – si votre mari tombe dessus, il pourrait se dire : Ah j’appelais ma femme ainsi quand on s’est rencontrés !!!

                                                      email.jpg

J’aime bien recevoir un mail d’un homme dont l’adresse correspond à son nom de profil. Rien de pire que d’être perturbé par les noms différents : Pauldeparis qui envoie un mail sous p750122012@...ou serialbaiseur@gmail... Qui signe en bas du message : Cédric ! Alors là, je pête les plombs !

 

Par le nombre d’hommes qui me sollicitent je ne me retrouve plus dans un stade de rencontre où on ne sait pas encore si ça vaut le coup de se mettre à la recherche de qui est cet homme qui m’écrit.

 

Second step : La recherche des photos ou carrément planification d’un rendez-vous avec une copine qui est au courant pour se faire une séance rigolote en faisant des photos avec lingerie et vêtements bien-aimés. Petit astuce : regardez la caméra comme vous regardez un amant.

 

Et faites attention à l'arrière plan de l’image : Surtout pas de photos prises avec un Smartphone devant la glace de la salle de bain avec reflet, le spectateur ayant droit aux serviettes et au slip en train de sécher en arrière-plan. Je veux dire : évitez un enivronnement ‘débandant’.

                                            reflexion.jpg

Puis prenez une partie d’une photo de ce que vous allez l'utiliser comme image visible par tout le monde sur le profil – pour garder l’anonymat mais qui donne envie d’aller plus loin malgré la suppression du visage. Et les photos plus chaudes sont mises sur l’album privé. Donc visibles après contact avec votre accord.

 

La fête commence : Les messages échangés, tout se passe très bien, un rendez-vous est pris et voilà : Selon mon expérience je vous conseille : ne vous affolez pas. Choisissez un endroit facilement joignable pour vous et quand même à l’abri de vos amis, connaissances, collègues et surtout la famille si vous êtes en couple.


Vous venez comme vous-êtes, ok bien sûr une jupe ou robe aide parce que, bon, la féminité s’affiche comme ça dans notre société et moi-même je me plais bien en vêtements féminins. Donc plus je me sens à l’aise, meilleur c’est pour me mettre à la chasse d’un amant potentiel.

 

A vous de jouer maintenant – bonne pêche !

 

 

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 08:53

J'ai de la chance de pouvoir passer mes pauses midi chez moi - évidemment avec l'inconvénient des retards considérables au bureau. Comme d'habitude je sors presque en courant pour gagner la station métro le plus rapidement possible quand je vois un homme pousser la porte d'une boutique qui vend des vêtements d'occasion. Je reste scotchée, il est très beau, je vois sa main si élégante, mais puissante et hop je rentre derrière lui, bah oui je suis accro aux blacks, rien à faire.

                                                      gb1.jpg

Je le mate en bougeant des cintres, faisant semblant de m'intéresser aux fringues. Ah mais je comprends d'un coup que lui aussi, il est rentré pour mater quelqu'un - la beauté féline black à la caisse, il ne peut pas la lâcher du regard non plus, apparemment très attiré par son cul magnifique - suivant tous ses gestes et voilà il sort avec elle et je me rappelle que mon travail m'attend.

                                       giselethree.jpg

On ne peut pas tous les avoir :)

 

Gisele--negro-de-pe.jpg

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 20:13

Un après-midi en tchatche avec des copines accompagné de Champagne et de gâteaux se prolonge en abordant tous les sujets qui enchantent les filles: les amours, le désir, les attentes, les exigences, les compromis et les fantasmes de lui, d'elle et hepp l'idée émerge d'aller au club libertin.

 

Je ne sais pas pourquoi, mais tout le monde me regarde: Si quelqu'un peut nous initier, c'est bien toi!                          Ah bon!?

 

Je sais que je ne suis pas très douée pour organiser un groupe, surtout en France où les décisions, une fois prises peuvent changer encore 15 fois même 3 mètres avant la porte! Donc je me lance plutôt comme un escargot et il me faut un temps pour être ravie de passer "une soirée filles" au club.

 

Parmi nous se trouvent des femmes mariées qui ne veulent qu'observer comment ça se passe; l'idée de profiter d'un jacuzzi en apprenant quelque chose de la vie de couple libertins les intéressent aussi.

 

Déjà aux vestiaires je vois qu'elles marchent autrement que moi: Elles s'étonnent qu'il n'y ait pas de vestiaires séparés homme/femme. Je suis bouche bée - mais je ne peux pas trop me concentrer sur mes copines, je vois un homme traverser le vestiaire: un black, plus grand que moi, très mince avec un ventre en tablette de chocolat - un rêve qui passe et qui repère tout de suite mon regard scotché sur lui. Il me dit: Tu veux que je m'occupe de toi? Et bien sûr que oui - bon, à tout à l'heure dans le jacuzzi!

 

 choco

 

Ah dans l'immédiat je me mets en route, je ronronne de plaisir, d'excitation à l'idée que je vais me taper le plus beau mec de la soirée - c'est incroyable, je ne sais pas comment ça se fait.

 

Mais il est venu dans l'eau, je me suis assise sur ses genoux - j'adore ça dans ce club - je peux me coller contre lui, sentir déjà sa belle queue en suçant son oreille et lui lécher le cou, entendre sa voix, tripoter ses couilles pendant qu'il me fouille avec ses doigts - tout doucement pour m'ouvrir pour regarder si ça me plaît. C'est sûr on va s'amuser et nous partons dans une cabine.

 

En montant les escaliers je remarque qu'il connaît la moitié des hommes et il les met au courant qu'il va partir avec moi. Un ami à lui nous suit, mais il le stoppe: Non, je la veux tout seul.

 

Il est très doué, j'adore les habitués de ce lieu, nos gestes sont fluides, il me tourne comme il veut et moi aussi, il est souple, il se laisse faire aussi - nous jouissons bien ensemble et venant d'un homme si habitué, les compliments sont encore plus enivrants.

Quand son ami insiste pour nous rejoindre, nous sommes déjà épuisés et nous avons plutôt envie de nous doucher. Hmm de longues embrassades sous le jet d'eau chaude...avec lui c'est facile d'oublier tout autour.

 

secret.jpg

 

On se masse un peu le dos et quand il malaxe mes fesses je suis presque prête à repartir, mais bon, je me rappelle que je suis venue avec mes copines et voilà je me raisonne et je les rejoins au jacuzzi pour me laisser flotter dans l'eau et écouter leurs papotages tout en sentant mon corps qui résonne encore de mes galipettes bien intenses...

 

 

spa.jpg

 

 


Partager cet article

Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 23:01

Après à peu près 13 ans j'ai un rendez-vous avec un allemand!

flagge-deutschland

Nous sommes perturbés, nous nous donnons la main ou c'est la baise français qui nous semble le plus adapté?

C'est le baiser qui gagne et voilà les questions habituelles sont posées: Qu'est-ce que tu fais dans la vie, es-tu marié, as-tu des enfants etc. Notre rencontre se déroule aisément, mais une chose me marque tout de suite: les faits, les faits, mais pas de sentiments visibles. Une froideur, une sèchresse s'installe, je ne démarre pas du tout.

 

Je suis sur la corde raide: S'il arrive à me séduire, j'y vais, sinon je reste où je suis!

 

Nous parlons des livres, des films, nous nous avons beaucoup de choses à dire et échanger, il est cultivé, son langage est affuté, je sais à 20 ans j'aurais craqué pour lui, mais aujourd'hui?

 

Il parle des villes que je connais aussi, ah et Berlin, notre Berlin si aimé, son changement de ces 20 derniéres années . Nous avons à peu près la même socialisation et le fait qu'il est marié avec une française nous montre que nous avons le même vecu. Où sont les malentendus dans un couple franco-allemand? 

Le vin rouge coule à flot et nous parlons de plus en plus un franco-allemand-anglais - chacun choisit l'expression qui lui semble le plus adaptée - j'adore ça, il fonctionne un peu comme moi.

 

Il demande l'addition et je cherche mon portemonnaie on disant:

Avec un allemand on ne sait jamais et il hurle presque: NON never go dutch! Je n'ai jamais entendu cette expression: apparemment personne n'est plus ringard qu'un hollandais! "En dix ans en France j'ai appris des choses quand même" dit-il en souriant et il paie nos dîners.

394562_le-president-francais-francois-hollande-d-et-la-chan.jpg

Sur le trottoir il dit en allemand: "Je te prête mon bras" et nous éclatons de rire - en allemand c'est vraiment NUL et nous nous amusons en cherchant d'autres expressions de séduction qui sont complètement nul en allemand!

 

Et voilà le moment est venu où je sais - non, même si ça m'a fait un bien fou d'échanger avec lui, je ne peux pas continuer.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 00:28

Wow, quelle chance !  Je me réveille tôt et je tombe sur la newsletter de mon cinéma préféré qui m’invite pour une avant-première du nouveau film de Roman Polanski

 

venus a la fourrure

Vite fait je prends deux places et je me mets à la recherche d’une bonne copine pour y aller. Mais hélas, toutes mes amies sont occupées ce soir-là, je fais donc le tour parmi mes amants et voilà :

Mon fin et délicat avocat qui est adorable et ravi de m’accompagner, mais, mais il n’est pas fiable, il n'est jamais à l’heure. Ça n’a pas raté, il arrive à la dernière minute.

les-trois-ValF.jpg

 

Polanski, Seigner et Amalric  sont déjà  sur scène et voilà main dans la main nous suivions le film – nous nous caressons, embrassons… Je palpe son bras musclé, sa cuisse, j’adore ses longues jambes et son jean présente si bien sa queue – ahh envie, envie de la déballer mais bon, peut-être que Roman ne l’apprécierait pas trop ;)

livre-sacher.jpg

C’est maintenant que je me rappelle du livre de Sacher-Masoch, comme souvent je n’avais pas fait le lien entre le titre en français le titre connu en allemand. Ben oui, j’ai lu ce roman à mes vingt ans et voilà, je vois l’histoire transformée sur l’écran. Emmanuel est épatante, magnifique – ce film est un hommage à elle !! Comme Blue Jasmin pour Cate Blanchet d’ailleurs !

 

Après de longs applaudissements nous sortons presque en dernier… l'attente est longue et à peine sorti de la salle je vois le barrage de sécurité devant les toilettes ainsi condamnées. Un regard et on se comprend, nous glissons derrière les panneaux qui aux toilettes des femmes et la fête commence.

 

Il me colle contre le mur – contente d’avoir changé à la dernière minute mes habits pour qu’il m’entame facilement s’il le faut et oui, il me le faut.

 

Il est délicat, mais décidé – je le connais un peu, il a la tendance, de douter, d'hésiter – donc je le guide, je prends sa main, je le pose et là enfin il ose… hmm qu’est-ce que c’est booon, à  l'autre côté de la porte des gens qui guettent une photo, un autographe de mon si aimé Polanski - je préfère me laisser gâter ainsi!

 

Intense adieu au métro, chacun prend sa direction et oui c’est beau la vie !

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 11:22

Je sors du métro me dirigeant dare-dare vers le seul van à vitres noires qui est garé devant le Palais Des Congrès. J’observe les vitres, sont-elles vraiment si opaques que souhaitées ? Je me demande si c’est une bonne idée de faire des galipettes dans une telle voiture en plein Paris. … Je découvre la plaque polonaise et non, ce n’est pas la bonne.

 

van-black.jpgEt voilà, il arrive : C’est une Mercedes-Benz ‘Vito’ noire – mon amant saute de son siège pour me serrer contre lui, pour m’embrasser – il est tout excité comme moi, mais je me bats d’abord avec une incertitude si j’ai vraiment le courage. Depuis lundi il a exceptionnellement cette voiture et il m’a tout de suite invit é de profiter des sièges arrières – pendant que je réfléchis encore, il m’ouvre la porte et nous longeons les bords du Bois de Boulogne pour trouver une place bien à l’abris des gens, de la lumière et … de la police.

 

Evidemment nous ne trouvons qu’une place idéale pour notre projet DANS le Bois de Boulogne. Il dit, n’aies pas peur je pense que les filles viennent plus tard… C’est là où un joli lapsus me sort : Pendant 10 ans j’ai travaillé au lieu de dire j’ai traversé le Bois de Boulogne où les filles sont à toutes heures actives.

 

 interieur-rouge.jpgPendant qu’il arrange tous les sièges en arrière pour que nous soyons le plus agréable possible, j’organise mes vêtements. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens une obligation de tout préparer pourescarpin.jpg un éventuel cas d’urgence, pour que je puisse m’en aller le plus rapidement possible. Mais la nervosité monte et déjà après 5 minutes je ne sais plus où j’ai mis ma deuxième chaussure…

 

 

 Il m’embrasse profondément, il sourit, il est euphorique d’avoir trouvé une fille qui a envie de cette expérience. J’adore qu’un homme me regarde ainsi, un peu surpris, étonné, ravi comme on regarde (peut-être, je n’ai jamais gagné) ses numéros du gros lot. Parties sont toutes mes pensées soucieuses, comment on va faire, quelle position possible sans se tordre ou se blesser. Je me tourne, il me pose comme ça nous vient dans la tête, c’est fluide, c’est excitant, c’est ‘ouff’ !!

 

Ainsi je me trouve collée entre deux sièges arrières, le regard sur les voitures venants, les lumières blanches et rouges traversent mon visage, mes cheveux balancent au rythme de ses poussées.

 

lumieres.jpg

 

Tout est agréable dans ce van - le cuir sous mes genoux est doux, j’ai l’impression d’être caressée par une autre peau. Je me souviens de ma 1ère expérience dans une Audi – ça m’a pris presque un demi-siècle pour apprécier les voitures allemandes… oh que c’est bon !

 

Je m’assoie sur lui, je trouve un parfait appui sur la vitre du plafond, nous dégoulinons de sueur et quand je glisse ainsi sur son ventre mes orgasmes m’envahissent comme des vagues dans la mer. Plus aucun souci d’être vue, les vitres sont embuées, la seule angoisse : mes cris. J’essaie de les étouffer mais bon, comme d’hab je n’y arrive pas.

 

couple-voiture.jpg

 

Et j’ai l’idée de me laisser glisser sur le dos d’un siège mis à plat cette fois-ci mon regard vers le Bois, l’obscurité des arbres, les ombres, la verdure… mon cul est offert comme sur un plateau, il est ravi… le gel froid goutte sur mon entrée encore serrée, ils m’entame doucement, l’appui-tête a la forme idéale pour que mon pubis puisse se coller bien contre et ainsi je me fais enculer à merveille – ah, je suis étonnée, surprise, comment c’est bon ça mon dieu, je vais mourir de plaisir…

 

Il me pose à la station du métro et quand je sors de la voiture une tonne de Japonais me regardent avec leurs caméras attendant que je libère la vue sur l’Arc de Triomphe. J’entends des clics et je comprends que quelques-uns me prennent en photo. Je monte sur le trottoir, avec mes bas vermeils, ma robe violette, mes joues toutes rouges, ma culotte trempée … je leur souris, je suis heureuse !

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 09:55

LUI

 -LUI.jpg

FB.jpgC’est la fête – grâce à un mec riche, Frederic Beigbeder a pu se lâcher et faire réapparaitre LUI à nouveau.

Vite feuilleté avant mon travail je découvre bien son style, il a choisi un peu l'apparence de GQ.

J'aime bien d'ailleurs, quand je feuillette des magazines comme ça chez mon épilatrice ou chez le coiffeur, le GQ m'a gqmagazine.jpgétonné, il y a des articles vraiment intéressants sur la sexualité, et j'aime leur choix de personnes interviewées, le choix des films et des  livres critiqués avec des sondages surprenants.

A recommander si on veut passer un bon moment au café, lire, lever la tête pour regarder des gens passé, en réfléchissant si un tel, une telle répondrait comment sur les sondages qu’on vient de lire. J’adore ça.

Mais bien sûr je zappe des pages avec voitures, motos et montres !

 

Et c’est drôle, aucun magazine pour femmes ne m’intéresse ou ne me donne le plaisir qu'un magazine pour homme peut me rendre. Peut-être en fait suis- je un mec ?!

Bon, ce soir je vais me plonger dans LUI alors

 

 

Partager cet article

Repost0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 20:11

Je commence à aimer mon nouveau jouet : le site Place Libertine.

 

C’est dimanche matin je me vautre dans mon lit –je cille vers le ciel et je prends mon portable pour regarder mes messages tombés pendant la nuit. Et voilà, un photographe m’aborde pour me proposer des séances de photoshooting pour s’entraîner…

 

Bien sûr cette offre est séduisante, mais ce site héberge quand même pas mal des cinglés donc j’exprime mes doutes et craintes. Il m’invite à nous rencontrer pour en parler et ainsi je le trouve au soleil avec un gobelet de café sur un banc de parc.

 peeping.jpg

 

Sa motivation est compréhensible, on rigole en évoquant toutes les photos de profil qu’on a vues sur ce site. C’est vrai, la plupart des gens prennent leur portrait avec un Smartphone souvent dans des salles de bains, dans la cuisine avec les casseroles en prime!

 

Donc je rétorque, ah tu m’as abordée parce que mes photos sont atroces – mais non, parce qu’il trouve que j’ai un joli corps et il a envie de le mettre à son avantage!

 

Sympa! Et ainsi je suis convaincue, et d’accord pour qu’il prenne des photos chez moi.

 

D’abord je me sens un peu comme un bout de bois, je n’ai jamais ‘posé’, donc  ce n’est pas facile pour me mettre dans l'ambiance. Après un temps et son soutien je me sens de plus en plus à l’aise. Puis il m’invite à penser à mon amant, regarder la caméra comme si je le regardais – j’ai un déclic et mes gestes deviennent plus fluides.

 

Je me touche, je joue avec mes cheveux, je change de positions, je suis ses demandes - aussi pour respecter les nécessités techniques -  la lumière, les contre-jours.

 

Evidemment après des tonnes de photos il me demande si je voudrais montrer un sein, laisser  tomber ma nuisette et bien sûr je finis toute nue sur mon sofa. Mes positions deviennent facile à trouver dès que je pense à offrir mon corps à un amant et oui l’objectif de sa caméra devient  the lover du moment.

 

blowup.jpg

 

Et ça marche, je ne pensais pas, mais ça m’excite.

 

Mon photographe est professionnel, je ne me sens pas en danger, donc je m’ouvre à ce regard à travers la lentille focalisée sur moi. C’est malgré tout un acte intime.

 

 

J’apprécie beaucoup le moment où il dit, qu’il faut qu’il s’arrête un instant, il ne peut plus se concentrer.

J’aime bien sentir qu’il est normal, ça l’excite aussi, comme un homme en face d’une femme désirable – ça me confirme dans mes gestes et positions.

 

Mais il reste dans sa position de photographe, à aucun moment il ne me propose de me faire l’amour.

 

Après deux heures je me sens complétement épuisée et fatiguée – nous tchatchons un peu, puis il part

avec environs 500 photos et la promesse de choisir une vingtaine et de me les envoyer.

 

On y croit!

 

 

Partager cet article

Repost0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 17:01

Werner-a-copie-1.jpgUn black intéressant m’invite à déjeuner – selon ses photos et ses textes il n’est pas mal du tout et je suis étonnée à quel point il est pressé de me voir. Il est expérimenté, il organise des soirées, j’ai vu des photos avec deux femmes blanches et cinq blacks comme dans les vidéos professionnelles.

Ma curiosité se réveille et j’attends le déjeuner avec grand intérêt.

J’arrive, je le vois au bar et j’ai envie de tourner les talons:

Il a menti – ce n’est pas lui sur les photos.                   idi.jpg

 Ça alors, je l’engueule, tellement je suis déçue : Je ne poste pas une photo de Claudia Schiffer et baff c’est moi qui me présente – non, ça ne va pas !!

Donc mon Idi Amin togolais s’explique: Il a des salariés, il ne veut pas être reconnu – ah ben, tu ne mets aucune photo et ouvres ton album plus tard, merde !

J’ai faim et je commande mon plat – ça tu vas me le payer Darling!  Il mange une salade et negocie une sauce sans matière grasse - comme ça sauvera quelque chose...

Mais bon, après le repas au moins j’ai appris beaucoup sur le pays du Togo et le protectorat allemand pendant 40 ans complétement oublié en Allemagne.

Je me laisse tombée sur mon sofa avec mon livre dont la couverture tient sa promesse!

Partager cet article

Repost0