Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'éros de Scharlotte
  • : Je veux vous faire part des mes démarches érotiques au pays où les hommes aiment tant les femmes. Je suis une femme qui se cherche et s’observe. Je décris mes rêves, mes désirs et ce qui se réalise.
  • Contact

Mots aimés

Envie de prendre soin de lui, d'apprendre à le comprendre. Envie de mûrir à ses côtés, de le voir mûrir aux miens. Envie de me mettre à être compris par lui.

Extrait du 'Dormeur du Val'

 

Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter. Quelquefois trois.

Alexandre Dumas, fils

 

Ça prend une minute pour remarquer quelqu'un, une heure pour l'apprécier, une journée pour l'aimer, mais une vie pour l'oublier.

Anonymus

 

Je veux bien jouir avec d'autres, je ne veux m'abandonner qu'avec vous

Des désirs et des hommes - Françoise Simpère 

 

Mon coeur est français, mon cul est international ! Arletty

Recherche

1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 00:41

Je sors de l'hôpital tout s’est bien passé – il faut que je me repose. Toutes les fenêtres ouvertes je m’allonge sur mon lit, vue sur les toits de Paris, je suis contente et le sommeil m’emporte.

Du coup j’entends la porte de mon voisin, comment ça ? Je sais qu’il est en vacances. Alors je jette un œil et oui c’est son frère qui s’occupe de l’appartement… 5 minutes plus tard, la porte claque une deuxième fois et peu après des souffles forts, des chuchotements, et enfin leurs hurlements divertissent la cour dont chaque voisin aux fenêtres ouvertes profite bien de cette rencontre estivale.

Au repos

Partager cet article

Repost0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 00:17

Ben voilà, après avoir essayé de calmer en an mon corps avec des médicaments – il m’attend maintenant une petite intervention à l’hôpital. Je suis en arrêt de travail et je l’attends, je tourne en rond, j’ai peur, tous mes copains sont déjà à la plage – alors le sentiment d’être seule s’intensifie.

Temps d'attente

Au lieu de me concentrer sur mes livres pour mes études je me balade sur Tinder et Okcupid et voilà un black me sourit qui n’habite pas loin. J’accepte un café dans l’après-midi. Je ne pense pas vraiment à lui, je pense que ce petit rendez-vous va me distraire et ça va me permettre de ne plus penser à l’hôpital.

Tinder n’est pas très bavarde avec ses profile – en fait, on voit une photo ou plusieurs et si on a de la chance on découvre deux, trois phrases de description et un peu plus que la distance qui nous sépare.

Temps d'attente

Bien sûr j’arrive en premier au café, je lis et une main se pose délicatement sur mon épaule. Je lève ma tête et je vois un homme très grand – joueur de basket et oui son sourire m’éblouit : mission accomplie je ne pense plus à mercredi.

Nous sommes rapides, je ne vide même pas mon verre, je pense "cool", après mon opération j’ai un temps de repos, interdiction de faire des ébats pour je ne sais combien de temps et ainsi je peux encore un peu m'éclater. Il est adorable, apparemment il est aussi un peu affamé – nous montons des 4 étages comme rien. Il ne perd pas de temps, il me déshabille, il cherche ma chatte et il me doigte à merveille. Je coule, ah je suis contente, j’ai tellement peur que ce trouble hormonal m’empêche de faire l’amour comme j’en ai envie. Je rigole de ma capacité de démarrer si vite, je le déshabille et wow je déballe sa queue - elle est longue et épaisse – ahh, je m’assois sur lui lentement pour profiter de chaque centimètre de cette merveille de la nature.

En levrette il sent sa blessure au tendon d’Achille et il glisse sur moi en position d’éléphant un peu abruptement et je sens tout son poids sur moi et ainsi écrasée un orgasme émerge en moi qui monte presque des pieds jusqu’à la tête. Il sait bien me tenir fort jusqu’à mes dernières vagues d’orgasmes s’éteignent.

Quand je récupère mon souffle je ris de cette sensation, j’adore ça – mon corps me réserve parfois de drôles de surprises.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 18:58

Après des mois nous arrivons à trouver une soirée où nous pouvons aller au Moon comme convenu pendant une soirée arrosée de notre boîte. Vivant à l’autre bout de la France, venant de temps en temps au siège à Paris, j’étais d’accord de m’amuser avec un collègue.

Quand je reçois le SMS : j’arrive dans 15 minutes, je profite tout de suite d’une table au soleil du café en face, bien connaissant des quart d’heure à la Française. J’ai bien fait de commander un verre de rosé, parce que la suite de ses sms méritaient une tête tournante pour pas piquer une crise : se trompant du lieu et après prenant le métro en contre sens, j’ai du temps à me distraire avec un deuxième verre. Heureusement ma libido est loin d’être au sommet.

Il arrive presque une heure plus tard et commande une bière : je constate qu’il est tout sauf pressé. Je lui dis, tu sais ce n’est pas grave, je suis aussi fatiguée, ce n’est pas nécessaire d’y aller contre ton gré. Non, non on va y aller tranquillos. Ben ok, on commence à tchatcher, il ne me touche pas, même pas un baiser, du coup je ne sais pas si j’ai envie de lui.

Escapade au Moon

Nous rentrons au Moon, il paie et puis :

Il s’installe tout de suite au bar et commande une bouteille de vin, il regarde tout le monde, il semble content. Ok je commence à le caresser, il ne réagit pas à mes avances. Sans lunettes je ne peux pas voir loin, mais je commence à observer l’entourage pour me débrouiller avec les moyens du bord.

Julien parle avec deux femmes à côté de lui – bon, je peux l’interpréter comme ça : il s’intéresse pas à moi. Je le laisse avec une belle canadienne et je monte pour voir ce qui se passe là-haut. Un homme avec sa femme à la main me regarde et me sourit, je vois bien que je l’intéresse, mais je n’ai pas le temps de réagir. Julien arrive derrière moi et m’amène à la cabine.

Une fois sur moi – mes essaies de l’embrasser ou le serrer contre moi ne réussissent pas – à peine rentré je sens sa débandade. Nous sommes dans une cabine avec une grille vers une autre et quand un couple arrive, il rebande un peu, mais pas longtemps – ok je constate que ce n’est pas vraiment moi qu’il lui faut…

Alors je fais quelque chose que je n’ai jamais osé (pour ne pas blesser l’homme), je lui demande de se retirer et je sors de la cabine. Il dit, mais ce n’est pas toi, c’est la capote ! Aha : comment tu as fait au Cap d’Agde – il venait de passer quelques jours la bas et il répond : Au Cap j’étais avec ma maitresse ‘habituelle’ je la baise sans capote.

Ben, il faut me le dire avant mon gars et je me lance vers le couple vu avant et ils m’invitent chez eux dans la cabine : WOOOW, les deux m’ont gâtée, vraiment comme si j’étais le cadeau de la soirée – elle m’a léchée, doigtée pendant que je l’ai sucé – hmmm une belle bite bien raide et hep il m’entame comme il faut – je hurle de joie : ENFIN je suis de retour, je me reconnais dans mon état habituel : j’adoooore être baiséé, oh mein Gott, une bite raide: du paradis !

Comme il est aussi gâté par sa femme il a des moments où il me baise lentement pour reprendre la vitesse du début et hummm qu’est-ce que c’est bon sentir son envie. Les deux me noyent de compliments, mes seins, mon cul, mon énergie – nous baisons longtemps ensemble.

Je découvre une femme bien ronde, la douceur de sa peau, ses seins du double taille que les miens… et eux ils découvrent mes deux grosses flaques d’eau qui inondaient le matelas. Je vois les deux les nettoyer en se regardant, étonnés par mes fluides, pendant que je reste allongée en soufflant et digérant l’orgasme fort que je viens d’avoir.

Escapade au Moon

Elle sort de la cabine et il me prend dans ses bras, il m’embrasse avec beaucoup de douceur, il me caresse, il me dit des mots doux et il me baise à nouveau, il est très attentionné. Intéressant à voir la différence. Leur ‘pacte de libertinage’, inclus qu’il s’est pas vraiment laissé aller par attention à sa femme – je comprends, c’est émouvant, mais je suis aussi ravie de ce changement.

Il me demande une sodomie, hmm il le fait très bien et voilà je suis très dilatée, je l’accueille facilement et il est au ciel, il dit que sa femme ne l’aime pas trop…oh j’adooore me sentir si ouverte, prête à recevoir le monde en moi, je me sens si femme, mon dieu si femelle. Je le rejoins au ciel.

Je me repose les yeux fermés dans le jacuzzi, je suis seule dedans, c’est super – je suis heureuse, enfin une très bonne baise !

Du coup j’entends Julien papoter avec une maghrébine bien ronde. Ils échangent des banalités en long et en large, je me demande quand il va rentrer en action… apparemment les deux se contentent de parler.

Un ombre noir passe (je suis sans lunettes) – je sors tout de suite du bain … je le trouve dans la cabine la plus grande, 8 personnes en action. J’arrive derrière, je vois les dos des hommes les regarder. Je le mate: il est grand, musclé, un dos, cul et cuisses de rêve ET d’une peau black parfaite et lisse : Je fonds de désir, mais j’hésite encore à le toucher. Je pensais qu’il était en train de se mettre avec les autres, mais il SE TOURNE vers moi !!!!

Ah salut je t’ai vu déjà en bas et je t’ai entendu dit-il avec un grand sourire : veux-tu aller avec moi à la cabine ?

Encore une fois je m’étonne de la façon ça marche, dont ça m’arrive ; que le plus bel homme sur place se dirige sans hésitation vers moi : Et je découvre à nouveau cette grande différence entre black et blanc : je ne sens JAMAIS un jugement de mon corps. Je vois qu’il est complètement d’accord, il s’en fiche de mes imperfections, il veut me baiser c’est tout, et voilà on y va !

Bien sûr je veux, je le veux… il veut me lécher, mais je le force à s’allonger sous la lampe je le regarde, il est MAGNIFIQUE et SA QUEUE – GRANDE et EPAISSE, oh mein Gott. Je m’assois sur lui et après de doux va et vient, il me serre fortement contre lui pour me baiser à un rythme accéléré – il me regarde en observant si je suis d’accord avec ses forts coups de frappe et OUIII il me baise, bah .. il me manque les mots, c’était ce qu’il me fallait : il m’a pris si fort, il m’a tapée avec sa bite, incroyable, quand il a compris que j’adorais ça il a mis toute sa force et moooon dieuuuu je me suis tellement lâchée – j’ai explosé d’orgasme…

En levrette il veut que je me mette très bas, je vois comment il adore sa, je sens ses mains sur mon cul pour me presser vers le bas, quel super sensation et quand il explose en moi, j’ai l’impression de recevoir des litres et comme il arrêtait de bouger je sens les palpitations, le sperme qui sort en poussées.

Je ne sais plus, combien de temps j’étais avec lui, on est sorti de la cabine seulement parce que nous n’avons plus de capotes..

Et voilà il quitte le club avec sa compagne, et me demande mon adresse email et il me donne la sienne, il me regarde fasciné et m’embrasse intensément pour l’adieu.

J’ai aussi envie de partir, mais voilà je comprends que je suis à nouveau piégée avec ses soirées de couple à la con: rentrer ensemble, sortir ensemble..

Je donne signe à Julien que je suis crevée – à 3h du matin, mais il veut rester encore au jacuzzi avec cette femme ‘à tchatcher’. Ça me met dans une colère noire – soit il baise, soit il sort avec moi, plus aucune patience pour ses besoins.

Je m’habille et je sors avec le couple avec lequel j’ai baisé et ils m’ont deposé avec leur voiture devant ma porte:))) Ils étaient vraiment adorable – voilà couché à 4h, arrivée à 8h au bureau… je suis prête à mourir de fatigue…humm mais mon corps dans un super état – si bien baisééééé !

Escapade au Moon

Partager cet article

Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 17:08

Mon âge avance et mon corps change- en soi ce n'est pas une grande nouvelle.
Mais bon, j'ai envie de vous raconter pourquoi mes galipettes se sont un peu ralenties ces derniers temps.

Après l'absence de mes règles pendant 70 jours – non, non je n'attends pas un bébé – je commençais à m’habituer à avoir la liberté de faire l’amour quand je veux, quel avantage de ne plus avoir besoin de calendrier sous la main pour monter un plan-cul.

Cette belle phase de liberté est arrivé à sa fin en Mai, cette fois-ci je commence à dégouliner en plein ébat. Je m’excuse – pourquoi d’ailleurs – je cours vers la salle de bain toute contente quand même de me revoir en pleine sève, couler comme une jeune.

Intempéries

Je retourne au lit et je découvre un homme accablé, sous le choc, allongé presque pâle, si on peut dire, avec cette peau foncée. Je suis très étonnée, comment un homme adulte, connaissant les femmes peut vivre un tel tourment en voyant une femme saigner.

Il commence à se conforter ou consoler avec une théorie fascinante : J’ai lu qu’un gros orgasme peut déclencher les règles chez une femme…

Sauf que mon gars, jusque là je n’en ai encore eu aucun, même pas un tout petit. Je le laisse parler, je vois bien qu’il lui faut un truc pour s’y remettre… son monologue devient de plus en plus farfelu avec des théories sur les femmes complètement cinglées et quand il arrive à la conclusion qu’une femme de mon âge devrait mieux gérer ‘son truc’ je ne le supporte plus et il se trouve bientôt de l’autre côté de ma porte.

Ce qui me chamboule c’est, que ces règles là continuent depuis, parfois très peu, parfois fortement. Entre-temps tous les examens sont faits. Je n’ai aucune maladie, qu’un ‘simple’ dérèglement hormonal qui se montre par des règles presque sans fin. Mon gynéco me lance la phrase : Madame ça s’appelle la MénoPAUSE et pas Méno-éternité…haha. Mais apparemment vous tombez dans ce cas des femmes où ce dérèglement s’affiche en ‘saignement en permanence’. Ainsi il me prescrit des hormones à prendre pendant trois mois et après on dit que c’est fini pour un bout de temps.

Intempéries

Je m’y attends !!!!!

Partager cet article

Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 21:55

A tous mes lecteurs:

Je suis désolée, mais depuis des mois mon adresse email du contact sur mon blog ne fonctionne plus.

Avec la nouvelle version d'overblog je m'en suis rendue compte que j'ai raté peut-être pas mal de vos messages.

Vous pouvez me joindre en bas de mes articles, je peux vous répondre ainsi.

Merci pour votre compréhension

Scharlotte

Partager cet article

Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 21:45

Mon amant rêve de me voir d'être prise par un autre..

Je cherche parmi mes copins libertins et mon choix tombe sur Arthur. Il habite loin et nous nous voyons rarement, mais il est fiable dans le sens: il me voit, il bande humm! Il est tout de suite d'accord.

Mais le vrai boulot commence maintenant: Trouver une date où notre OREO serait possible!

Après des je ne sait plus combien des sms d'aller retour entre un homme qui travaille beaucoup avec une grande famille et un autre habitant loin, gardant sa fille en alternance je craque:

J'ai envoyé un DOODLE

Doodle

Voilà, si ça continu j'ai besoin un jour un/une secrétaire pour arranger mes plans culs :)))

Partager cet article

Repost0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 18:19

La pluie tombe soudainement, bonne occasion de faire un saut dans le supermarché, à côté de moi.

Ah très bien mon caissier préféré est là: grand, musclé et black!

Toujours à la même caisse, toujours souriant et prête à tchatcher.

Je pose mes achats sur la bande roulante et chaque article a le droit à une petite remarque sympa.

Les biscuits bretonnes, riche de beurre et sucre, bien pour survivre ce temps pluvieux et orageux. Ainsi on parle de mon chocolat préféré à ce moment: Lindt, chocolat noir avec myrtille - simplement MORTELLE! Il tourne la tablette, il lit le texte pendant qu'il pousse les autres produits devant le scanner - une main reste un peu sur un article et...?

Pas un mot, pas de remarque!

Lequel?

Supermarché

Partager cet article

Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 22:07

 

Ok, ok je n’ai pas voulu vraiment le rencontrer.

Lui aussi, il m’a repérée sur le net et a pu faire le lien entre mon profil sur le site libertin et mon blog. Apparemment il était enchanté de mes textes et il a voulu me voir. Comme je l’ai déjà écrit, je me sens mal à l’aise en face d’un homme qui ‘sait’ beaucoup plus de moi que moi de lui. En plus ces hommes là sont spécialement avares concernant les informations sur leur vie.

 

Le-Comptoir-General---Ballroom.jpg

Quand il a proposé de me faire connaitre le « comptoir général » dans le 10ème, j’étais ravie de le retrouver là bas. Enfoncée dans un vieux fauteuil, sirotant un rhum au gingembre super boooon j’ai eu le plaisir de découvrir un homme chic, très charmant, intelligent, cultivé et qui me regarde d’une façon irrésistible. Je fonds sous son regard.

rhum.jpg

En m’accompagnant à la station de métro je suis étonnée qu’il reste toujours deux, trois pas derrière moi. Ce n’est pas très agréable pour moi de me retourner pour lui parler – je lui demande pourquoi il fait ça et sa réponse : Je suis scotché par ton cul, j’ai envie de le regarder tout le temps, c’est pour ça que je reste derrière…Alors ça, ça ne m’est jamais arrivé, qu’un homme soit à ce point intéressé par mon derrière.

 

fesses.jpg

Ainsi un rendez-vous est vite pris et depuis quelques semaines je me régale des ses mains magiques qui malaxent mes fesses d’une façon tellement jouissante – je suis au ciel !

 

Partager cet article

Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 22:42

 

Du trottoir je vois mon ‘rendez-vous’ qui m’attend à l’intérieur du café. J’aime ce moment précieux où je le regarde : ses gestes, son sourire, sa façon d’arranger ses longues jambes sous les tables de café parisien si minuscules.

Au début je n’étais pas trop partante pour le voir, parce qu’il est très jeune et qu’il habite vachement loin, mais, par hasard, il était dans mon coin, alors pourquoi pas…

Je ne sais pas si vous connaissez des types d’africains qui ont des yeux d'asiatiques. En tout cas je pourrais me noyer dedans…

 jztyxyn9.jpg

Sa beauté m’a faite oublier tout de suite mes ‘exigences’ : plus de 35 ans, habitant à Paris même… cet homme là est un bijou. Nous restons des heures au café, nous avons du mal à nous séparer.

Quelques jours après il m’attend ‘avant’ l’heure devant ma maison – wow !!

Il m’embrasse avec beaucoup de douceur, je glisse naturellement dans ses bras et il me porte déjà presque au 4me étage. Son pantalon est bombé dès qu’il me voit, ah j’adore ça, je vérifie, oui ce n’est pas un pistolet ;)

Wow wow .... Ce jeune homme est un explosif – quelle énergie, quelle envie, quelle force et tout ça tout en douceur, si avenant, si attentionné.

Nous nous caressons beaucoup, je masse son dos magnifique, ses jambes si longues et je ne parle pas de son petit cul magnifiquement galbé, je me lâche.

Il jouit puis… non, il n’y a pas de puis : il NE débande pas et quand il voit mon visage étonné, il dit: Ben, c’est l’avantage de la jeunesse !

Après des heures je n’en pouvais plus - Madame réclame une pause, mais il m'a léchée, embrassée, caressée encore et encore une fois et voilà je redémarre facilement.

Il s'est endormi sur moi, restant en moi - je dormais aussi et quand j'ai commencé à serrer un peu mon vagin hep il s'est raidi tout de suite ... je ne sais pas combien de préservatifs sont enterrés dans ma poubelle…

 

preser.jpg

 

Il en a percé deux au bord et nous avons changé de marque : C’est confirmé encore une fois, que les skyn sont les meilleures dans un tel ‘cas’ :))

skyn.jpg

En partant il me dit : Tu es tout ce que je recherchais, maintenant que je t’ai trouvée je ne te laisserai plus!

 

Partager cet article

Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 10:47

Voilà j'ai été repérée!

Un abonné de PL a pu faire le link entre mon profil et mon blog. Quand j'ai lu sur ma messagerie du site la salutation: Chère Scharlotte, un frisson m’a traversée. En lisant quelques citations de mon blog, je lève la tête parce que j'entends déjà presque qu’on sonne à ma porte.

 

Oui, oui Internet n'est pas l'endroit où jouer à cache-cache et oui c'est plus que naïf de ma part, de croire que mon visage ne pourrait pas être lié à mon blog. Mais bon, à la fin, pourquoi ce petit choc, je n'ai rien à cacher, j'assume ma vie, alors pas de souci.

 

Évidemment il m’intéresse et je suis très contente que nous ayons trouvé rapidement une date pour un rendez-vous. J'ai voulu le voir aussi pour lui montrer qui je suis réellement avant qu'il ne parte dans des idées uniquement basées sur mes écrits.

 

Il est d'accord pour venir dans un bar que j'aime beaucoup 'les caves populaires'. Sur le seuil du bar, il me repère (encore une fois) tout de suite. Je remarque, en fait que j’aime bien être repérée. Ainsi je le salue avec joie sur le trottoir et je le regarde : Wow, il est plus attirant que sur ses photos - ça commence bien. C'est tôt le soir,alors nous avons la chance de trouver encore une table.

paris-la-bouche-1.jpg

J'ai adoré notre soirée. Nos échanges me nourrissent. En racontant et en l’écoutant, je comprends mieux ce qui s’est passé avec moi ces derniers temps, je me positionne à nouveau et je vois à quel point m'a vie s'est améliorée, a quel point je suis heureuse aujourd'hui.

 

Il me plait beaucoup, je ne sais pas trop ce qu’il éprouve, mon envie de le toucher est forte et hep je casse mon verre en voulant toucher sa poitrine cachée derrière son manteau entrouvert, très élégant, qui lui va à merveille.

verre.jpg

 

En sortant je me penche un peu vers son dos, je le touche, ah c’est toujours moi qui montre clairement mon affection – quand deviendrais-je un peu plus modérée dans mes gestes ?

 

L'adieu sur le trottoir résume mon état de ce soir: nous nous prenons dans les bras, oui je le désire fort, j'inhale son odeur, envie de découvrir son corps, son âme.

 

Les lampadaires si typiques de Paris se reflètent sur la rue après la pluie,en face de l'hôtel Eldorado où j'ai de si beaux souvenirs, dans ce quartier qui est devenu le mien. Je suis là où j’ai voulu être dans mon cœur, au lieu aimé : Je suis heureuse !

Je pars en sentant encore son souffle sur mon cou - il me manque presque déjà...

Partager cet article

Repost0