Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'éros de Scharlotte
  • : Je veux vous faire part des mes démarches érotiques au pays où les hommes aiment tant les femmes. Je suis une femme qui se cherche et s’observe. Je décris mes rêves, mes désirs et ce qui se réalise.
  • Contact

Mots aimés

Envie de prendre soin de lui, d'apprendre à le comprendre. Envie de mûrir à ses côtés, de le voir mûrir aux miens. Envie de me mettre à être compris par lui.

Extrait du 'Dormeur du Val'

 

Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter. Quelquefois trois.

Alexandre Dumas, fils

 

Ça prend une minute pour remarquer quelqu'un, une heure pour l'apprécier, une journée pour l'aimer, mais une vie pour l'oublier.

Anonymus

 

Je veux bien jouir avec d'autres, je ne veux m'abandonner qu'avec vous

Des désirs et des hommes - Françoise Simpère 

 

Mon coeur est français, mon cul est international ! Arletty

Recherche

11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 00:26

Le week-end arrive et j’ai tout mon temps pour me rappeler les évènements de la semaine.  Je pense aux moments préférés avec mon amant:

-          L’attente de son arrivée dans la hall de l’hôtel  

Chaque fois j’essaie de rester calme, j’observe ma nervosité, mon excitation, j’aime bien sentir mes emotions se mijoter en moi – je me sens tellement vivante!

lobby.jpg

-          Le prélude

La porte se ferme et je le regarde vider ses poches, éteindre son téléphone. Il m’aborde avec une certaine urgence pour m’embrasser, il me regarde, il m’embrasse, et il réflechit par où il peut commencer à me toucher.

pocket.jpg

-          Le slip

Au moment où je retire son slip, son sexe, toujours érigé, saute vers ma bouche, enfin je vois la veine bleue si aimée, si attendue, et ma langue l’attrape pour le lécher goulument.

slip.jpg

-          Putain 

Il adore être sucé et j’entends ses gémissements jusqu’au moment où il pousse un 'purée' ! Cela me rappelle une collègue qui disait souvent 'punaise' et ça m’a pris des mois pour comprendre que des enfants bien-éduqués le disent pour éviter le mot 'Putain' !

Je souris chaque fois que je l'entends en continuant à le lécher, pensant à mon garcon français si bien élévé qui essaie d’éviter de dire dans une telle situation 'Putain'.

Sachant que je trouve le mot 'Putain' très érotique soufflé par Romain Duris qui sait si bien le dire, mon exemple d’un Parisien incarné.

duris.jpg

-          Le moment où il cherche les présérvatifs

Il sort du lit pour traverser la chambre avec un pénis érigé. J’adore regarder son sexe estrapadé, son cul, ses fesses si rondes, si bien.

rubber.jpg

-          Exposé

Mon regard le suit, allongée sur le côté je vois ma hanche, mes bas, mon dos dressé, mon sexe éxposé en attente de le recevoir. Le moment où le désir évapore la gène.

images (1)

-          La levrette

Il adore jouir en me prenant par derrière et j’adore comme il touche mon dos, mes fesses et ce qu’il m'émeut le plus, c'est quand il touche mon épaule, il met mes cheuveux à côté pour voir ma nuque, mon visage.

Klimt

-          Le repos

Il revient au lit et comme un réflexe il allonge son bras pour que je puisse me blottir contre lui, mon nez contre son cou, nous parlons, je le regarde, je reprends le rythme et je me frotte contre sa hanche. J’imagine comment ça serait de m’endormir dans ses bras, si repue.

-          Adieu

Au garage je le vois se préparer à prendre sa moto, un dernier regard, si loin et quand même si intense.

Je suis si heureuse, je connais ce bel homme-là !                                                            

Je suis son amante et personne ne le sait !

mp3.jpg

 

Partager cet article

Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 22:16

Je passe un après-midi avec  un homme très intéressant, photographe, habitant sur l’Ile Saint Louis, lié avec une femme qui vit avec une amie, donc pas autant disponible qu'il le souhaiterait.

 J’aime bien l’ambiance, un homme qui aime une bisexuelle, assez libre pour l’assumer et envie de jouer avec d’autres femmes…donc j’y vais. Seul hic, il a 56 ans et je demande plusieurs fois s’il bande encore bien – oui, oui il me rassure : Ma libido est encore forte ! Donc pas de souci …

Il fait un froid de canard, je traverse le Pont Marie, un couple de touristes me demande le chemin pour le marché aux  fleurs – je retire mes gants pour leur montrer sur leur carte – et je ris, c’est écrit en hebreu…

saint-louis.jpg

  

Je cours vers l’Ile – mon rendez-vous charmant me cherche en bas pour me guider travers plusieurs cages d’escaliers. Nous rentrons dans un petit studio bordélique à poutres apparrentes mal chauffé  avec un lit en mezzanine.

Je glisse le plus tôt possible sous sa couette avec une découverte : Il est beaucoup plus gros que j’en ai eu l’impression à notre premier rendez-vous au café, et j’ai une impression de déjà vu : mon dernier homme avec du surpoids poussait aussi de drôle de grognements de plaisir qui ressemblaient à ceux d’un ours en chaleur – ça ne m’éxcitait pas trop.

Apparemment il est ravi de moi, mais ma main cherchant l’entrecuisse ne trouve pas un tel signe que j’ai eu la chance d’avoir à chaque rendez-vous Gleeden jusqu’à présent.

Il ôte son calçon et je découvre la première bite circoncise de ma vie !

circonci

 

Je le suce et PAS de résultat comme souhaité – hein, ce n’est pas possible – d’ailleurs il dit que je suce bien, aha. Je la prends dans mes mains MAIS il n’y a pas de peau pour la bien laisser glisser sur le gland ??? Quel drôle de réligion, je lui demande comment, au nom de dieu, il se masturbe ? Il me le montre : Avec une main il tient bien fort la bite en bas, avec l’autre main creuse il touche le gland de bas en haut, pour s’exciter. Mais ça seche rapidement, donc il la salive de temps en temps ! Quel réligon de merde ! Deux mains pour se masturber !!!

Heureusement je suis nantie d’un bon paquet d’humour – je ris tous le temps – je ne peux pas toujours dire pourquoi : L’endroit, la situation: Une Allemande avec un juif sépharade âgé qui bande mal, c’est trop absurde, bizarre, c’est Almodovar!

D’un coup il s’agenouille entre mes jambes et il vacille sa bite avec la main contre mon sexe. Normalement je suis toujours très mouillée, mais là je sèche sur le champ, je deviens le Sahara, le pays des ses ancêtres, et ma peau ne l’apprécie pas du tout ce frottement.                                      

Je recule, et voilà il vient, uff!

Nous mangeons dans une brasserie sur l'Ile et il me parle de son travail, il me montre sur son IPad ses photos. Je vois bien qu’il adore les jambes des filles, il a des tonnes  d'instantantés, il a aussi une bonne collection des nombrils – je résume qu’ il est plutôt voyeur qu’acteur.

st-regis2.jpg

 

Et voilà, il raconte qu’il va de temps en temps avec sa copine dans des clubs d’échangistes et mon intérêt se réveille. Sa copine danse et se laisse toucher et baiser par plusieurs hommes pendant la soirée – il la regarde sans devenir actif – il dit qu’ils font l’amour après à la maison et là il peut faire l’amour longtemps.

Oui, pour ceux qui le croient !

 

Partager cet article

Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 11:05

Mercredi le 25.01.je reçois un mail très chaud, si excitant, promettant de mon jeune Anglais, si performant, me demandant mes possibilités pour se voir lundi ou mardi cette semaine. Je réponds que de ma part je suis libre et ravie de le revoir.

Depuis silence radio ! Plus un mot. A mes 20 ans je pensais : Ah, il est mort ou à l’hôpital – Ah bah non, il est bien visible sur le site. Bon – il me chauffe – je rends déjà dans mes imaginations, je suis toute heureuse, excitée et voilà, plus rien.

C’est le jeu, c’est le risque et bien sûr je suis aussi fâchée parce que ça me blesse tant. Oui, Oui l’autre côté de la médaille se montre enfin.

J’ai un jeu de tarot (en anglaisL) The Tantric Dakini Oracle et de temps en temps au temps de désespoir d’une réponse dans ma vie je tire une carte – donc hier soir j’étais prête et voilà :

 

wing.jpg

J’éclat de rire – quelqu’un est passé sans tête, sans corps (bon, ça on ne peut pas vraiment prétendre) – qui passait comme un battement d’ailes.

Voilà, ça marche à merveille, je retrouve mon humeur, la vie est quand même drôle…en Angleterre on dit : se filer à la française ;-))

Ça me donne l’idée de penser à mon Français préféré et je tire une autre carte et wow – he is my magic carrot – j’adore ces cartes – qui n’a pas envie d’y croire ?

 magic.jpg

 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 16:30

Je commence à raconter à quelques copines mes aventures extra-conjugales et ce que j’entends en premier c’est : Fais gaffe de ne pas tomber amoureuse !

 

Hein ?

 

Je me concentre pour rassembler mes pensées. Je suis allée sur ce site parce que j’ai éprouvé un grand désir de baiser comme avant, avec des bites bien raides. Ok c’est un peu cru, mais c’était ainsi. Mais cette recherche de satisfaction était et est liée à un grand désir pour les hommes en général. A la fin, c’est l’amour que j’ai toujours éprouvé pour les hommes.

 

Si je vis mes ébats, mes galipettes secrètes intensément, si je suis capable de jouir, de me perdre dans un autre corps, de m'unir pour quelques temps à un autre univers, je me laisse aller complètement.

 

Le moindre contrôle restreindrait mon plaisir.

 

Je n’ai aucun intérêt à contrôler quoi que ce soit – sauf de me protéger des maladies sexuelles et d'assurer toute la discrétion. Mais une fois au lit, tant pis, je lâche tout et justement pour ça je me régale avec mes hommes.

 

Mais bien sûr je suis amoureuse !

 

Je suis amoureuse de mon Français, de mon Anglais, au moins de ce que je vois en eux pendant nos rencontres. La façon de caresser, les regards qui me désirent, la forme d’un pénis, la façon dont il met sa main doucement sur ma gorge pour me sentir gémir … il y a des tas de choses pour tomber amoureuse.

 

Depuis dix ans je suis avec mon mari et je l’aime profondément, je lui dis souvent que je le trouve beau comme un Dieu. Chaque fois il rejette mes compliments. Il ne le croit pas.

 Je lui souhaiterais de tout cœur les mêmes expériences que je viens de vivre pour que lui aussi puisse enrichir, grandir dans sa perception du monde.

 

L’amour est partout et pour tout.

 

Le revers de la médaille : je m’ouvre à l’amour, je suis vulnérable.

C’est la comptabilité de la vie. Pas l’un sans l’autre. Mais m’empêcher d’aimer pour éviter la douleur est idiot, parce que de me couper de la possibilité d’aimer veut dire que je souffre à l’immédiat.

 

 

Mais bien sûr, si j’apprenais que mon Français a trouvé une autre femme à qui il a envie de sacrifier plus de temps, ou de me radier complètement de sa liste, ça me ferait du mal. Mais de quel mal on parlerait – de mon ego blessé ? Bien sûr je me sentirais humilier ou je ne sais pas quoi, mais est-ce de l’amour ?

 

 

Pour l’instant je souhaite à tous mes amants qu’ils puissent se réjouir le plus possible, comme je le souhaite à tout le monde !

 

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 15:34

Mon musicien, le batteur, m’avait confié un de ses fantasmes :

 

Deux filles font l’amour entre elles et lui, il les regarde, il assouvit pour s’occuper après des filles. Il me demande si j’apprécierais, partagerais cette expérience.

twins.jpg

 

La première question qui se pose pour moi, c’est : C’est comment, faire l’amour à une femme ? Il veut que je fasse quoi avec elle : la lécher, la baiser avec un godemiché made in China ?

Ça il peut voir sur Internet ou dans un film x etc. ?

Mais bon, moi aussi je préfère le théâtre au lieu de la télé.

 

A 20 ans j’étais follement amoureuse d’une fille, une lesbienne qui n’a pas voulu être avec moi, parce qu’elle pensait que j'étais une vraie hétéro et mon amour pour elle était une exception et après un moment j'allais me retourner vers les hommes. Elle a eu totalement raison, mais nous avons fait quand même de temps en temps l’amour.

 

Concrètement, j’étais tellement excitée de me frotter contre son corps, ses hanches m’ont fait déjà jouir. Oui, je l’ai léché, mais bon, par curiosité, j’avais l’impression elle ne l’a pas vraiment apprécié et pas question de lui mettre quoi que ce soit dans son vagin (tiens c’est masculin, ils sont fêlés ces français !!), même pas le petit doigt !

 

Revenons à nos moutons : Je n’ai pas envie de mettre un godemiché dans une fille et la lécher non plus !

Mais la question ne me quitte pas et quand je marche dans la rue je me pose de temps en temps la question avec laquelle de ces femmes je pourrais imaginer une telle expérience.

 

Aujourd’hui au resto des salades bios je feuillette le magazine GQ et je lis un article sur le film de Beigbeder : L’amour dure trois ans. J’adore Beigbeder, d’abord parce qu’il est obsédé par les femmes et il l’assume et c’était le premier écrivain français qui m’avait fait rire ! Il est capable de se moquer de lui-même et ça, je trouve que c'est un trait de caractère assez rare chez des Français, non ?

 

Beigbeder 

 

Il parle de Louise Bourgoin : « …elle est vraiment folle. Si tu l’invites à manger un plateau de fruits de mer elle peut manger des algues….En réalité, la seule vraie question qui mérite d’être posée est : Ai-je couché avec elle ? Et la réponse est non. C’est d’ailleurs mon principal reproche à ce film. »

 

 

Louise 

 

J’éclate de rire, je me plie en deux – je l’adoooore !

 

Donc, le message à mon batteur :

Si tu arrives à traîner Louise Bourgoin dans un hôtel chouette, appelle MOI, je pense je serais capable de faire de tout et n'importe quoi avec elle !

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 11:53

 

Dés ma découverte de l’Hôtel d’Amour à Pais j’ai voulu passer une fois chez eux. J’adore les chambres si ‘designed’ et ma préférée est la ‘verte’, avec des citations d'écrivains et philosophes sur les murs.

 

 

verte 

J'entre avec mon merveilleux Anglais , il est jeune, il a 36 ans, incroyable, il n’a pas peur d’aller s’amuser avec une femme si mûre. Je le regarde se déshabiller et je vois sa peau, si blanche, si lisse, comme un vrai Anglais – en plus il a des cheveux roux et des yeux verts, mon dieu, son regard est magique !

 

Il a le corps d’un gamin, a very young guy et je suis un peu émue partagée par des émotions mélangées, un brin de sentiment maternel se réveille en moi – j’avais envie de le nourrir ;-).

Son boxer short tombe et moi aussi.

IL, (je ne comprends pas pourquoi en français le sexe masculin peut être féminin !!) était énorme et j’ai eu peur, j’étais sûr que ça ne pouvait pas marcher, il était trop grand, décidemment.

 

Je le touche, je me familiarise, je l’aborde avec curiosité et un peu d’angoisse, mais mon envie de l’essayer gagne et je m’assieds sur lui lentement, prudemment et VOILA mon dieu, my god !! What a feeling !

 

Du coup mon portable sonne, je vois qu’un message de mon autre amant (le Français) arrive. Il me souhaite une bonne rencontre avec la phrase : God save the Queen !

 

Je l’adore et je lui dédié cette étreinte. Je me sens si bien entourée, comme il est aussi là pour me conforter dans mes démarches secrètes, il veille comme un petit ange gardien sur moi.

 

Et c’était ainsi :

 

My dear english guy is so charming, si avenant, si bien avec moi, il me fait si bien l’amour.

 

Il me regarde, comme l’autre, avec plein de désir, il me touche, il n’arrête pas de me dire : T’es belle, t’es si belle, tes photos de ton profil sont nulles, tu dégages un tel charme et la vie, tellement la vie..

 

J’ai vraiment du mal à marcher aujourd’hui – malgré la phrase de Churchill : no sports – j’ai des courbatures partout !

 

Et une autre chose à cocher dans mon calendrier ce matin : Mon mari, assez discret et retenu d’habitude, m’a dit au petit déjeuner : Qu’est-ce que t’es belle !

 

What a day for a daydream

 

 

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 22:04

J’adore d’écrire des milliers des mots à mon amant – j’adore d’imaginer de ce que j’ai envie de faire à la prochaine rencontre, mes désirs, mes souhaits ou simplement mes pensées et après, mes souvenirs, décrire des moments qui m’ont marqués, touchés, émues...

Mais cet homme est très occupé, où pas si éloquent, je reste souvent sur ma faim de recevoir ses mots, il me fait languir… je vérifie chaque trois minutes si mon portable clignote ! Il faut que je me calme, mais voilà! Enfin – il propose de se voir : Vendredi le 13. Janvier !

Si ça ne porte pas la chance !

Dans le hall d’hôtel il sert ma main très distant, quelques minutes après dans la chambre sa bouche m’aborde toute de suite, il m’embrasse, il me touche partout, il me désire tellement – chaque fois je suis décontenancée qu’il me désir tellement – and so do I !

Peut-être est-ce naturel que deux amants secrets qui se rencontrent dans des telles chambres se retrouvent aussi dans un bonheur exceptionnel ?  

 

                                                hotel jardins                                jardins villa

Je ne sais plus combien de fois j'ai pu jouir, m'abandonnant complètement... Pendant quelques heures, je ne m'appartenais plus, nos corps et les gestes se sont confondus vers quelque chose de complet.

Même si j’aime des mots, ils ne rendront jamais justice à la chaleur, à l'intensité, à l'énergie et du plaisir que je vie avec lui.

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 21:17

Avec le temps, c’est évident, mes gestes deviennent plus précis en ce qui concerne la préparation de mes rencontres secrètes.

 

Le téléphone 

Je reçois mes mails sur mon portable, un Blackberry, pas si performant qu’un iphone, mais bon, je n’ai pas envie de dépenser 615 €, équivalents d'au minimum cinq séjours dans les hôtels exquis avec mes amants. Les messages de mon compte ‘Gleeden’ sont que visibles après plusieurs manipulations, donc si mon mari le prenait il ne les découvrerait pas facilement. Et je les efface après lecture, ce qui n’est pas toujours évident parce que ces mots doux peuvent m’enchanter toute la journée.

Le sac à mainsac à main

Depuis toujours j’ai considéré mon sac à main comme une partie de mon corps – inséparable de moi et consulté  au moins 40 fois par jour. Mais maintenant un problème se pose : Comment trouver la place en plus pour cacher des accessoires coquins nécessaires ?

·         Les lingettes pour un nettoyage sans salle de bain avant un rdv

·         Les bas pour se changer après le bureaubas.jpg

·         Le maquillage pour me mettre en état après

·         Et les capotes, l’accessoire la plus traître de tous !

 

 

La carte bleue

J'ai de la chance de ne pas avoir un compte commun avec mon mari, donc mes virements pour les réservations d’hôtel ne sont pas visibles par lui. Par contre, mes amants ont une trouille pas possible d'être découverts à cause de leur relevé de compte.

Je les comprends, mais ce qui me gêne dans cette organisation de mes rencontres, c’est le côté masculin de s’occuper de l’argent, d’avoir le pouvoir de payer. Bien sûr je suis contente que le féminisme me mette dans cette position d’agir librement, mais cette expérience ‘Gleeden’ me laissait devenir si ‘femelle’ comme jamais dans ma vie. Et d’un coup je n’ai pas envie des actions féministes.

 

Les alibis

Je deviens de plus en plus créative quant à trouver une bonne raison de rentrer plus tard à la maison. Mes copines m’aident beaucoup, cela veut dire que je les aide beaucoup : à déménager, à traduire des dossiers épineux, à consoler après une séparation, à se voir pour tchatcher…

Quand une invitation de mon amant préféré tombe je dis spontanément oui, convaincu qu’une raison d’absence se trouve facilement, eh voilà, un collègue m’invite pour un accueil chez un fournisseur qui se trouve à côté de notre hôtel...

...la vie est magique de temps en temps !

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 09:40

 

M. Audi me propose de nous revoir, conformément à nos âge cette fois-ci au lit et voilà pourquoi pas, un rendez-vous est fait et je passe un « 5 à 7 » – comme je viens d’apprendre cette expression qui signifie ce créneau après le travail. Puis rentrée à la maison sans soupçon.

Il ne démarre pas trop et je ne sais pas comment avancer, donc j’essaie de m’amuser quand même, il suit mes idées mais il reste timide – digne d’un informaticien quoi.  

Je commence à me lâcher et je lèche son cou sous l’oreille et patatras il part comme un canon, il gémit, il se tortille de plaisir et voilà, je continue et comme un miracle j’ai le plaisir de voir comment quelqu'un peut s’épanouir sous mes mains ! Il devient actif, créatif et wow, je découvre son univers.

Tout de suite après, un autre message arrive : Mister O. revient vers moi et il me demande si j’ai envie de le voir le lendemain matin!  

Avant Noël j’ai déjeuné avec lui et je me suis sentie tout de suite très à l’aise à tchatcher de nos aventures amoureuses et nos motivations. Presque immédiatement j’ai senti en lui un vrai pote, un copain, un complice. Il raconte son histoire sans chichi, il est honnête, décidé dans sa démarche Gleeden et apparemment très gourmand. Il me plaît beaucoup.

Mais nous nous ne voyons pas parce qu’il est tombé malade !

Un sujet rarement évoqué pendant des premiers rendez-vous et quand même primordial:  

Les maladies sexuellement transmissibles – le pauvre s’est laissé séduire par la demande de LE faire sans capote et baff, à première vue on pensait qu’il avait attrapé de la Syphilis ! Quelle horreur !

Mon premier homme sur Gleeden me l’avait demandé aussi – pour mieux sentir. Oui, mais quoi ? Une peau brulante, bien rouge et abîmée ?

Des semaines de guérison sont nécessaires et bien rétabli il frappe à ma porte, je suis flattée qu’il ne m’ait pas oublié et j’accepte son invitation.

Je portais encore l’odeur de M. Audi quand j’ai inventé un alibi. Je devais expliquer pourquoi je ne suis pas disponible vendredi matin jusqu’à midi. Je deviens folle, je prends des risques au travail, chez moi, je me comporte comme une droguée.

Il a réservé une chambre d’hôtel à Boulogne et y aller est déjà une merveille. J’avais oublié la très belle vue du tram qui longue la Seine, je traverse le pont de Sèvres, le vent est fort et froid, l’eau est très remuée, comme moi, j’adore la vue sur Saint Cloud, les péniches, quel chance de vivre à Paris et quelle chance d’être invité par quelqu’un qui me désire, j’inspire profondément, je suis heureuse.

J’arrive plutôt que lui dans la chambre, j’ai du temps pour écrire quelques emails pour mon boulot, la mauvaise conscience monte, mais je suis interrompu par son arrivée. J’ouvre la porte en disant : Ah c’est vous ! Et pour le moment il croit carrément que je l’ai confondu avec quelqu’un d’autre !! J’éclate de rire, dans un temps record j’ai une réputation : croqueuse d’hommes qui ne reconnaît plus les hommes qu’elle vient d’allumer.

Qui croyait ça possible il y a quelques mois ?!

Il est le roi de la performance lorsqu'il s'agit de ma position préférée – la cuillère . Dressée, je tiens ses mains et son rythme me berce jusqu’au ciel. 
   

 Encore un peu en transe je quitte l’hôtel et une affiche propose une exposition sur Romy Schneider dans le quartier – je me balade parmi ses portraits. Comme toujours quand je la vois je me sens ensorceler par sa beauté.

  

La vidéo montre un extrait du film " La Piscine" et je regarde en boucle la scène si forte: 

 


 

 

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 22:49

L’année commence forte – j’ai un rendez-vous après l’autre et je me demande si je n’exagère pas. Mon petit réseau crée en quelques semaines marche de mieux en mieux et des nouveaux hommes arrivent sans soucis.

J’avoue que j’accepte tant des invitations aussi pour ne pas devenir accro de mon homme préféré. Ça me fait mal qu’il ne se manifeste pas tant que j’aurais aimé, hm, il faut accepter le jeu, rien à faire.

J’ai pris conscience  d’une chose :

Quand je fais l’amour avec un homme que je trouve sympa, charmant, attirant etc. je me laisse aller le plus librement possible – aucun doute sur moi me freine, aucune réflexion sur l’avenir me distrait. Ce sont des moments où je suis vraiment LA et ma jouissance est complète.

Dès qu’un homme correspond à tous ce que j’imagine comme parfait, quand je chavire par sa présence et quand je n’arrête plus à vibrer- je pense toute de suite à la douleur qui va s’installer quand je ne peux plus le voir. Malgré ce bonheur de voir tous ces désirs réalisés, il y a cet ombre, cette douleur ‘pré imaginée’ qui me laisse douter, qui me freine.

Bon, cette expérience Gleeden devient une véritable thérapie, allons-y – discover yourself !

Partager cet article

Repost0