Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'éros de Scharlotte
  • : Je veux vous faire part des mes démarches érotiques au pays où les hommes aiment tant les femmes. Je suis une femme qui se cherche et s’observe. Je décris mes rêves, mes désirs et ce qui se réalise.
  • Contact

Mots aimés

Envie de prendre soin de lui, d'apprendre à le comprendre. Envie de mûrir à ses côtés, de le voir mûrir aux miens. Envie de me mettre à être compris par lui.

Extrait du 'Dormeur du Val'

 

Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter. Quelquefois trois.

Alexandre Dumas, fils

 

Ça prend une minute pour remarquer quelqu'un, une heure pour l'apprécier, une journée pour l'aimer, mais une vie pour l'oublier.

Anonymus

 

Je veux bien jouir avec d'autres, je ne veux m'abandonner qu'avec vous

Des désirs et des hommes - Françoise Simpère 

 

Mon coeur est français, mon cul est international ! Arletty

Recherche

18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 15:30

Il y a quelques semaines j'ai découvert le site de 'vidéo porno' façon youtube.

On peut regarder quatre vidéos par jour gratuitement.

 

Complétement novice je zappe à travers des catégories à la recherche des scènes qui pouvaient m'exciter.
   
Toutes les vidéos sont faites pour les hommes et en conséquence on ne voit que des femmes de près et voilà, des seins qui bougent, et voir une fille faire une pipe pendant 5 minutes ne me chauffe pas pour deux sous.

 

Je comprends qu'on aime bien voir ce qui se passe entre deux sexe, mais des corps séparés en postures plutôt acrobatiques annihilent ce frottement des corps qui fait tellement plaisir.

 

Il n'y a presque pas un geste de tendresse pour la fille. Quelquefois un mec masse des fesses mais c'est mécanique et pour que le spectateur voit mieux les trous. Les bites sont souvent pas vraiment raides et les filles ne mouillent pas.

 

Et on arrive au point qui est évident et qui me refroidit le plus: Ce sont des professionels, c'est du business et ce ne sont pas des 'vraies' galipettes où les participants prennent leur pied. Oui, oui je suis naïve! 

 

Et je parle même pas du fait que tout le monde baise sans capote!!! Et le final suit toujours de la même façon: Pour jouir on retire la bite pour aller dans la bouche de la fille, même si la bite vient du cul. Bravo!

 

Donc je passe mon temps a regarder des faux seins en quête de voir des cicatrices des opérations et voilà une nouveauté - beaucoup de peitites lèvres sont opérées, retirées. Mon dieu, la femme pour toujours 'jamais parfaite': des seins trop petits, trop poilue, des peitites lèvres gênantes - quoi encore?

 

Avec le temps je m'habitue à cliquer travers ce site et voilà de temps en temps je tombe sur des petits films de vrais amateurs plutôts sympas ;-)

 

Si vous connaissez des sites pour femmes, je serai ravie d'y aller - merci!

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 15:17

Voilà, je reviens d'un déjeuner très sympa, vraiment ce que j'appelle une 'bonne recrue'!

J'ai beaucoup ri !!

 

Mais ! Il est juif, donc LE sujet était bien clair sur la table. Bon, le travail était fait des deux côtés, mais ça reste un sujet primordial entre ces deux 'concernés', même si ce n'est pas très sexy.

Un truc qui m'énerve, c'est le chichi autour de la table: Dire tchin-tchin en hebreu et faire gaffe si il n'y a pas de porc sur la carte. Je déteste toutes les réligions qui osent m'intérdire quoi que ce soit en nourriture. Et je ne vois aucun intérêt à faire chier un serveur d'un bon restaurant parisien qui n'y est pour rien.

 

A part ça, c'était un très bon échange intellectuel. Il est acteur, en conséquence un peu maniéré,  il se sent un peu au dessus de tout, mais comme il est un peu moqueur, provocateur c'est plutôt rigolo.

 

Je ne suis pas sûre de me sentir bien à l'aise nue en face de lui - non pas parce qu'il est trop beau, mais parce qu'il juge en permanence.

 

Tout à coup il dit: Toi, tu n'es pas un coup pour une nuit, tu es une femme à partager une vie, tellement l'échange est intense et fructueux avec toi. Il a dit ça avec un geste nonchalant, comme une évidence. J'étais sur le cul. Mais bon, je ne cherche pas un mari, je cherche un bon coup 'au pieu'.

 

Ce qu'il me manquait avec lui, c'est que je ne voyais pas son désir.

Oui, si, mais caché. Il commençait à caresser le verre, il m'a souri, j'ai vu qu'il etait touché... mais il me manque ce côté décidé pour m'enflammer.

 

Je rêve encore de rencontres comme avec mon Valmont, mon Anglais et je n'ose même pas rêver de mon black Mamba - où c'était clair au tout premier moment. On a voulu se toucher et avaler sans hésitation.

 

Une phase passée ?? Peut-être que je ne suis plus si affamée - bon, plus aussi profondément qu'avant, peut-être que c'est ça qui joue dans mes choix inconscients sur ce site?

  

Même si j'ai besoin de mon côté femelle me retrouver face a un mâle qui montre ce qu'il veut... j'ai accepté qu'il y a des phases différentes. Ce n'est pas la faute des autres, pour l'instant je fais des rencontres qui me rapportent autre chose et pas ce que je souhaite, au premier abord.

 

Pas grave, malgré mon feu aux fesses je reste patiente - peut-être que ça me permetra de trouver autre chose, pour y laisser couler mon énergie énorme.

 

Qui sait?

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 09:09

Il m’arrive maintenant de plus en plus d’être draguée dehors de Gleeden.

 

Après avoir sonné à la réception d’un Hôtel, un homme arrive, beau comme un dieu, avec des yeux verts, éclatants qui restent collés sur moi.

 

yeux-verts.jpg 

 

Tout en souriant et avec une politesse professionnelle il m’explique où est la chambre, le wifi, le code d’entrée, le petit déjeuner, accompagné par LE message direct et clair:

Il avait envie de moi, comme moi de lui.

 

Hum, que faire, je vois son alliance, en montant derrière lui les escaliers mes pensées se précipitent : il est père de trois enfants, il est fidèle, mais aime de pimenter sa vie avec des petits plans dragues comme ça. Rien de méchant. Calme-toi ma fille, tire bénéfice au maximum de sa présence et c’est bon! Pas de bêtise! 

 

Pendant le repas dans le restaurant de l’hôtel il s’arrange pour me servir. Il me propose un plat avec un regard irrésistible, je me tords sur ma chaise, je suis dans tous mes états. Il me pose des questions pour éclairer ma situation, si je suis mariée, si j’ai des enfants, tout le tralala et voilà il résume : vous êtes tellement ravissante, j’aimerais bien vous parler plus, peut-être dans un endroit plus intime. Etes-vous d’accord ?

 

Tiens, suis-je d’accord ?

Il travaille dans un resto/hôtel marocain, qui ne sert pas d’alcool, il est arabe. Tous les préjugés me tombent dessus. Pourrais-je avoir confiance ? Est-il respectueux d’une femme qui n’est pas musulmane? Est-il socialisé, né en France ou venu de Maroc ? Quelle côté de sa morale pourrait faire tourner mal une aventure extraconjugale. Oui, oui je pense à tout ça…je ne connais rien des Arabes, je n’ai que des idées reçues dans ma tête.

Bon, pour l’instant on attend, notre premier tête-à-tête autour d’un verre, ah oui, non, plutôt un thé à la menthe.

 

the_vert_menthe.jpg 

 

 

Et voilà, il y a aussi mon collègue bien aimé, qui m’aborde à nouveau. Je suis ravie et je me réjouie de partir avec lui à la cafeteria et comme nous travaillons dans un open-space aucun geste ‘déplacé’ n’est possible. Le jeu c’est de se toucher légèrement aux épaules pendant les bisous du matin, des petites touches aux flancs dans les virages des couloirs mal allumés. Nous nous comportons comme si nous avions déjà une liaison, mais non, nous restons sages.

 

Je disais : Si un jour nous sommes peut-être amants… il répond : La question n’est pas si, c’est quand !

Adorable cette phrase, non ?

 

Mais il y a toujours un ‘mais’ !

J’hésite beaucoup – déjà quand il ne trouve pas du temps pour passer pour me saluer et pour tchatcher, je suis un peu déçu et attristée. J’imagine mon état si j’étais sa maîtresse, ah non, c’est trop douloureux et je n’ai pas envie de souffrir en plus de mon boulot.

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 21:24

    

 

J'ai compris que quand je me mets à nouveau à la recherche d'un amant Gleeden j'ai des vagues du même style d'hommes :

 

- des amateurs de clubs libertins,

- des hommes qui habitent loin de Paris,

- des très jeunes,

- des allemands - très drôle !

 

Apparemment maintenant je tombe dans une phase de « culpabilisés ».

 

Des hommes qui cherchent après des années de mariage pour la première fois activement une maîtresse et voilà ils se décident pour moi.

 

 

Première rencontre:

 

  

 

Dès la première gorgée de café, il parle de sa femme.

« En fait, tout va bien, j'aime ma femme, mais elle m'énerve ». Et en parlant il essaie de trouver une raison pour laquelle il ne la désire plus tant. Et voilà il pense qu’une aventure va réveiller sa libido qui remue peut être aussi son couple. Bon, je l'écoute, ça m'intéresse, mais après un certain temps il manque d’intérêt pour moi.

 

Quand je lui demande, il me regarde furtivement et se presse à me dire: "Ah il n'y a pas de souci, tu es superbe, une bombe, bien sûr j'ai envie de toi, pas de doute" - et il se ronge les ongles et commence a évoquer le sujet:

 

« En fait c'est toi qui a l'expérience, comment on va faire? Et les hôtels? Je ne connais aucun hôtel à Paris, tu peux arranger ça? Mais tu sais, moi je ne peux pas, j'ai la honte, et bon, je ne peux pas utiliser ma carte bleue, tu sais, ce n’est pas facile. Mais toi, tu devrais connaître ce genre de souci et, et, et... »

  

Il me demande d'aller à la réception pour réserver une chambre.

Je commence à m'énerver. Je passe pour une 'professionnelle' ou pour une 'mère' ou je ne sais pas quoi - et je dis calmement:

" Si tu n'arrives pas à te lever pour réserver une chambre d'hôtel pour monter avec une femme que tu désires, comment tu vas assumer ta masculinité en la satisfaisant comme il faut?"

 

Ca marche, comme un chien battu, il se dirige vers la réception, nous montons dans la chambre qui me plaisait beaucoup, un style des années 70, des boules de miroir comme dans une discothèque au plafond qui tournent et des lampes de côté qui jettent des reflets sur les murs! Fantastique!

 

 

 

 

disco-copie-1.png 

 

   

Mon lover a aucun sens pour cette décoration farfelue et il fait des aller-retour comme un rat dans la cage.

Bon, j'essaie de le calmer, je le déshabille, j'espère une fois nu il va pouvoir enfin de s'occuper de moi.

Après une fois de façon 'mariée' il redevient nerveux et il a hâte de sauter dans ses vêtements pour rentrer à la maison.

Par mail il m'informe de ce que je savais déjà: Il ne tient pas le coup, il ferme son compte, il n'assume pas à tromper sa femme.

 

 

Voilà, deuxième rencontre avec un homme de ce spécimen, mais pas du tout affiché au début.

Il est très jeune, 32 ans - je me sens flattée à mort.

 

 

muscle.jpg 

Il a un joli corps un peu musclé, mais pas trop - il ne regarde pas trop comment il s'habille, mais il se ne néglige pas.

Il aime les femmes en général mais il est en couple et il a une mauvaise conscience vis à vis d'elle - donc il nage entre la recherche d'excitation avec une femme inconnue, en même temps il aime l'intimité avec sa copine. Je sens qu'il est capable d'une vie sentimentale. C'est ce qui m'attire : une masculinité confirmée avec une bonne sensibilité.

 

En face de moi il était nerveux, il n'osait pas trop me regarder - après il a envoyé par mail à quel point il me trouve attirante et il se sent flatté et ravi que je sois d'accord pour le voir à l'hôtel. Il n'était pas sûr de moi.


Le rendez-vous à l'hôtel tombe mal, je suis un peu malade, lui aussi - nous rigolons, peut-être les deux infirmes arriveront à s'amuser doucement malgré tout.

Et c'est ainsi, il est ravi de moi, il prône mon corps (je lui ai avoué mon vrai âge), il est ravissant, il a apporté de l'huile, il me masse si bien, si délicatement et en même temps me désirant. Il ne demande rien, il le fait, il me surprend avec son audace et son désir de découvrir chaque coin de mon corps - je suis tombée sur un très bon amant.

 

Après une heure il devient de plus en plus nerveux, il ne me regarde plus, il se ronge des ongles!!

Ah ça y'est: Il pense à sa copine, il débande sur le champ - plus rien à faire et il commence à parler à haut débit, il n'arrête plus, il parle, il parle !

 

Son amie depuis six ans, qu'elle fait tout pour lui, et lui qu'est-ce qu'il fait en revanche, il se sent salaud, il fait des allers-retours dans la chambre.

 

Il part tellement vite, il tombe dans l'escalier raide de l'hôtel, il a des bleus partout, il court en boitant à la maison.

 

Bon, pour l'instant il n'a pas encore fermé son compte - on verra !

 

Je regarde ces comportements avec curiosité, intérêt et compassion et je constate à quel point j’assume ma sexualité, à quel point je me sens à l’aise de jouir de la vie sans regret.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 23:05
Depuis son départ je mate les hommes qui lui ressemblent, je les suis, je me mets à coté d'eux dans le métro, je les renifle, j'essaie de capter la chaleurs de leur peau - evidemment j'ai beaucoup d'imagination, mais ça ne marche pas, la plupart ne sentent même pas bon, au moins pas comme lui.
 
Mais mes jambes les cherchent toutes seules, mon regard les mate, je fixe mes yeux sur leur nuques, je suis leurs gestes, leurs lèvres pulpeuses mouillées vite fait avec une langue si rose.
 
Qu'est-ce qu'il me manque - chaque cellule de mon corps hurle après lui, sa manière de me toucher, sa peau ... sa queue.
 
Les premiers jours je me suis levée pour me trainer dans la douche et là enfin je pouvais pleurer en cachette, pleurer son absence si douloureuse - mes larmes emportées par l'eau si chaude et reconfortante disparaissent dans le siphon - le trou noir, noir comme mon deuil.
 
Son travail me l'emporte, c'est ainsi, rien de tragique et voilà néanmoins pas facile à digérer.
 
 

Love dilemme

Je m’en vais, loin de toi, m’en veux pas, parle moi

C’est une chanson sur le dilemme

Oui je sais, tu le sais, on le sait tout ça…

Je m’en vais, loin de toi, m’en veux pas, parle-moi …

 

 Le moment où le deuil de son absence se calmait, j'ai accès à nos souvenirs communs. Des images emergent dans ma tête, je me remémore tous nos séjours dans les hôtels bien choisis dont les meubles donnaient tant de plaisirs!
 
                             platine.jpgcastil.pnglounge.jpgbeausejour.jpg
 
 Je me ravie de tous nos ébats, galipettes, baisers, accolades, embrassements, enlacements, étreintes....
 
Baby, can't you see
I'm calling
A guy like you
Should wear a warning
It's dangerous
I'm fallin'

There's no escape
I can't hide
I need a hit
Baby, give me it
You're dangerous
I'm lovin' it

Too high
Can't come down
Losing my head
Spinning 'round and 'round
Do you feel me now
   
With a taste of your lips
I'm on a ride
You're toxic
I'm slipping under
With a taste of poison paradise
I'm addicted to you
Don't you know that you're toxic
And I love what you do
Don't you know that you're toxic

It's getting late
To give it up
I took a sip
From my devil cup
Slowly
It's taking over me

Too high
Can't come down
It's in the air
And it's all around
Can you feel me now

With a taste of your lips
I'm on a ride
You're toxic
I'm slipping under
With a taste of poison paradise
I'm addicted to you
Don't you know that you're toxic
And I love what you do
Don't you know that you're toxic

Taste of my lips and having fun

With a taste of your lips
I'm on a ride
You're toxic
I'm slipping under
With a taste of poison paradise
I'm addicted to you
Don't you know that you're toxic
And I love what you do
Don't you know that you're toxic

With a taste of your lips
I'm on a ride
You're toxic
I'm slipping under
With a taste of poison paradise
I'm addicted to you
Don't you know that you're toxic
And I love what you do
Don't you know that you're toxic

I'm intoxicated now

Partager cet article

Repost0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 19:16

 

Pendant des mois et des mois, une de mes copine a une manque de libido au niveau zéro, elle adorait écouter mes histoires pour finir chaque fois avec le commentaire: Mais moi, j'éprouve plus aucune envie, je ne me masturbe même pas - ça ne me manque pas du tout.

 

Depuis quelques semaines elle est arrête des médicament et voilà, elle m'appelle toute excitée: J'ai une poussée de libido aigüe  - je me suis souvenue de mon compte sur un site de cul et voilà j'ai trois rendez-vous d'affilés.

Ce soir c'est une rencontre chaude, super-cul, demain plus doux et après-demain - elle rit - c'est un intello, rien ne va se passer tout de suite!

 

On a voulu se voir avant son rendez-vous dans un café, mais à la dernière minute elle me bipe: Passe chez moi, je suis pas du tout prête, j'essaie de me faire une beauté! HELP!

L’observation critique devant la glace la laissait trouver que des handicaps érotiques, et la panique l’envahit !

 

J'arrive et elle m'ouvre la porte avec la serviette sur la tête et autour du corps - non, elle n'est pas prête à sortir du tout - nous éclatons de rire.

 

  serviette-copie-1.jpg

 

Elle cherche désespérément une culotte qui va avec le soutien-gorge et elle se penche sur le lavabo pour le laver en le frottant en toute vitesse.

 

Je m'occupe de la robe,  je chauffe le fer à repasser à fond pour dompter la robe en toile complètement  froissée.

  fer-de-repassage.jpg

 

J'imagine la culotte humide sous la robe et au café elle aura une grosse tache humide sur les fesses - pas très attirant. Donc je lui propose de passer un coup de chaud avec mon fer pour sécher la culotte en vitesse –

 

PAS UNE BONNE

 

idée du tout!! Le nylon fond sous le fer comme un rien, et voilà - la dernière culotte est 'détruite'!!!!

Bon, une rencontre de site du cul – ça vaut une sortie ‘sans’ !

 

Elle attaque ses poils au visage – je ne savais pas que des filles aux cheveux noirs se décolorent ‘la moustache’ et elle met même un peu de pâte aux mâchoires. Je trouve qu’elle exagère, quel homme se laisse repousser par  un duvet  noir si le reste de la femme est ravissant comme tout.

 

Mais bon, je mets le minuteur à 15 minutes pour que la pâte agisse bien – fait délirant : le rendez-vous est à 17h nous sommes à 16h50 !

 

Elle met la robe et ouf la ceinture ferme encore, très bien : elle est adorable ! Ses cheveux rebelles cadrent à merveille son beau visage avec de grands yeux et un regard intense.

Bien sûr, excitée comme elle est, elle bouge la tête et la pâte décolorante glisse sur le col de la robe – un autre nettoyage est nécessaire.

 

Schuhe.jpg 

 

 

Les chaussures, merde, quelles chaussures pour la robe. Elle trouve des petites sandalettes, difficile à porter sans les perdre, mais bon.

 

Voilà c’est 17h20 et on y va !    

 

 

PS : Un SMS scandalisé arrive : Il n’est pas là (17 :35) – je suis morte de rire, je trouve que le mec est bien pragmatique : Il SAIT que la fille va être en retard, donc pourquoi gâcher du temps au café – il arrive 5 minutes plus tard.

C’est étonnant que dans ce pays il arrive que des gens se rencontrent  quand même de temps en temps ;-).

 

Partager cet article

Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 22:08

C'est la première fois que je le retrouve chez lui.

C'est le premier jour de mes règles, donc nous avons convenu de se voir pour nous balader ensemble à Paris 'en amoureux'. Pour la première fois ça sera une rencontre de plusieurs heures sans faire l'amour!

 

J'imagine comment je vais sonner à sa porte, comment il va sortir, comment on va s'éloigner de sa maison pour se prendre à la main, pour le premier baiser - et... non, c'est inimaginable de ne pas sentir son corps, sa chaleur...

 

  mont-chateua.jpg

 

Je suis perturbée, comment font les autres, moi, je le vois, je le désire, d'une façon irrépressible!

 

Quand je lui annonce mon arrivée à 14h il me répond qu'il ne sera pas encore douché et voilà je prends l'éspoir de pomme-de-douche.jpgmonter pour l'aider prendre sa douche - et c'est ainsi. A deux dans la douche je prends mon plaisir de savonner sa peau merveilleuse. J'aime la pomme de douche en carré, j'aime son goût du choix d'intérieur de son appart, je me sens bien chez lui.  

 

 

Comme d'habitude je n'ai pas de remords, regrets, mauvaise conscience - je suis avec lui, je m'en fout de toute choses autour de notre histoire. J'étais toujours une personne très raisonnable, réfléchie, bien préparée, fiable... en face de lui je perds ma tête, je me laisse aller complètement et ça fait tellement plaisir de jouir de nos corps, de la vie...

 

Il parle de l'idée d'être raisonnable, il ne se sent pas bien de faire l'amour chez lui, mais heureusement il suit son envie et il me prend devant la machine à laver, mes gouttes de sang sur le carrelage sont facile à faire disparaitre - son souffle et son gémissement, quand son sperme monte, ajoute toujours une couche 'éxtra-fort' sur mon orgasme.

 

Nous traversons Paris sous le soleil, je suis ravie - déjà seule à Paris je suis enchantée de ces bâtiments si aimés, mais avec lui je me sens en transe. Nous avons jamais fait ça, marcher sur les trottoirs, je le suis, je pense à rien, de temps en temps on se touche, les mains, les hanches, quelquefois dans les couloirs du métro il prend ma tête, il m'embrasse goulument, il malaxe mes fesses et voilà 'on we go'.

 

place-de-vendome.jpg

 

Notre au-revoir se fait au café bleu près de la Bastille, il file pour un autre rendez-vous, je reste pour finir ma boisson, je suis heureuse et souris au monde. Lentement je flane vers le métro, par exception je prends une autre bouche de métro que d'habitude et je réfléchis devant le plan quelle ligne à prendre, je me tourne, encore dans cet état de transe, de lenteur... et je le vois passer.

 

Je l'appelle et voilà, je n'avais pas encore allumé mon portable, j'ai raté son appel, la demande de rester au café parce qu'il va revenir!  Son rendez-vous était annulé...nous marchons vers le prochain restaurant et passons encore quelques heures ensemble et je peux encore plonger dans ses yeux, profiter de son attention, ses caresses...

 

 

 l-ange.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 23:19

Ca y'est!

 

J'avais monté un alibi impeccable pour aller à Rennes - la ville où mon amant est muté. Ce qui me permets de rester de 18 heures a 20 heures le lendemain à ses côtés. J'ai du mal rester assise sur mon siège, je suis tellement excitée, pleine de joie de n'avoir rien d'autre à faire de sentir sa présence. 

 

Il m'attend en face de la porte de ma voiture, débout, grand, avec un t-shirt jaune néon et un grand sourire. Je le vois tout de suite, sa beauté me frappe chaque fois.

 

tgv.jpg

 

Arrivée à son appartement je me jette sur sa queue, dressée, merveilleusement prête à être aceuillie par ma bouche, qu'elle absorbe affamée, assoiffée d'envie. Je le tire, je le suce jusqu'à ce que le jus si désiré emerge.

 

Ce prélude parfait nous mène dans son lit, l'orage de mon avidité de le sentir enfin après tout se temps, mon impatience de vivre son corps, passent sur nos corps enlacés, noués, glissant de sueur.lit.jpg

 

Au dîner j'arrive enfin à le regarder calmement, apaisée parlant de nos vécus entretemps.

 

Plus tard nous nous retrouvons sur le sofa et il commence à me fouiller avec ses doigts, il me penetre délicatement pour me découvrir de plus en plus fort sans oublier le reste de mon corps. Je me tords de désir, il sait si bien me monter - mon énergie déborde, je jouis, jouis, jouis...

 

Très épuisée je retombe au lit et nous recommencons à nouveau. Dans ses bras mon énergie revient - je me sens comme un perpetuum mobile. En cuillière il écarte mes fesses, après il saisit ma hanche pour me donner du rythme, c'est ce va et vient qui me berce, qui monte de plus en plus. Il regarde sa queue rentrer et sortir - je l'envie de cette vue. Quelque fois je sens son souffle sur ma nuque. Je m'endors repue, chaque cellule est satisfaite.   

 

41799_64146255736_3856648_n.jpgJe me reveille et c'est évident - je n'ai jamais assez de lui. Je le regarde et je coule immédiatement, mes lèvres s'ouvrent toujours prêtes à l'acceuillir profondement. En levrette je me vois dans la glace, ma nuisette est jolie, son corps puissant et élégant me pousse merveilleusement - je suis au ciel.

 

Il travaille à la maison, son ordi devant lui, nous parlons, je sommeille à côté de lui. Pour moi c'est comme en vacances, j'ai du temps dans la salle de bain, je bénéfice du temps, sans être presser je m'occupe de mon corps. La crème, la brosse, j'adore qu'il jette de temps en temps un oeil. Sous son regard je comprends à quel point j'ai appris de m'aimer, aimer mon corps et comment je m'épanouie sous le regard désirant d'un homme.

 

Plus tard je zappe dans sa collection de film-X, ça ne me chauffe pas vraiment, la vue de l'homme réalisateur ne m'excite pas et je change pour voir la vidéo que nous avons faite de nous deux. Je rougis toujours de honte, de ce que je fais, ma voix, mon gemissement, je n'aime pas mes cris.

 

Je suis allongée sur le sofa, je me touche, je ne veux pas interrompre son travail - mais il arrive, il s'allonge sur moi, je sens son poids, son ventre chaud, je le serre contre moi, le rythme est doux, il me berce bien et des vagues d'orgasmes sont longues et éxtraordinaires.

 

sofa.jpg

 

Après le déjeuner le soleil tape sur le parquet et je prends place sur une petite chaise qui me permets d'écarter mes jambes. Quel luxe de se faire  bronzer la zezette dans son propre appartement. Je vois un jardin et des grandes arbres, raboteurs.jpgpersonne ne peut nous voir, je me penche sur la rambarde. Avec lui je n'ai pas le temps à fantasmer, il arrive derrière moi, il me prend, j'essaie de rester muette. Il me pousse d'abord doucement et monte en vitesse, je vois son corps et sa bouche ouverte dans le vitre - je le vois jouir, jouir jouir...

 

Le temps du départ de mon train arrive, je prépare mon bagage et je range la vaisselle dans la cuisine. D'un coup il dégage le plan de travail, m'y assoit et pose mes jambes sur ses épaules - il me fait la baise d'adieu, bien intense et profonde.

 

Les jambes encore tremblantes, il m'accompagne à la gare main dans la main.

 

Adieu mon beau!

 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 22:42

Week-end à Paris,

je traverse les arrondissements avec un pote de Berlin. Nous retraçons tous les circuits que j'adore à Paris, des cafés, des places, des façades, le va et viens des Parisiens courants et des touristes flanants.

 

Nous nous racontons ce qu'on a vecu pendant le temps qu'on ne s'est pas vu, bien sûr, je raconte de mes aventures secrètes. Nos balades sont accompagnés par la sonnerie des sms de mon amant, il est aussi en vadrouille à Paris et donne signe où il est.

 

A 20h nous rentrons au théâtre et mon téléphone sonne, c'est lui qui me demande de jeter un oeil dans le hall. Il est là, seulement venu pour attraper un regard de moi - je lui souris du haut de l'escalier.

 

Alvin.png

Je me jette sur ma place totalement emue: qui a fait ça pour moi dans ma vie - qui passe au théâtre seulement pour happer un coup d'oeil de moi de 20 secondes? 

 

Les danseurs emergent sur scène, six blacks merveilleux sautent en toute élegance - ce qui nourrit mes rêves, mes fantasmes, mes souvenirs de lui et son corps, son énergie, son attention, son regard et son sourire.

 

Partager cet article

Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 20:03

 

Grâce aux commentaires de mes articles j'ai des copines Gleeden pour échanger de temps en temps nos expériences.

Aujourd'hui même je reçois deux mails racontant qu'elles en ont ras-le-bol de ce site, les mecs sont tous pourris, malhonnêtes, des menteurs et des manipulateurs infinis:

 

Des déclarations

- de ne plus faire l'amour avec sa femme lol 

- de ne plus chercher d'autres femmes

- d'être la seule qui l'intéresse

- d'amour    

 

ou plus simplement, promettre de proposer d'autres dates de rencontre et voilà plus un mot! C'est très blessant. 

 

 

pub-gleeden.jpg

 

Je les comprends très bien - mais en même temps Gleeden est pour des INFIDELES, donc ce comportement n'est pas étonnant, même si c'est archinul d'avoir des couilles pour baiser mais pas avoir le courage d'être honnête. Je me demande chaque fois pourquoi ça leur coûte si cher d'envoyer une phrase d'adieu!
 
Une autre copine sur Gleeden souffre de la même chose, son mec raconte elle est la seule qu'il voit, mais il est connecté en permanence - elle n'a jamais demandé qu'il soit fidèle, mais comme il l'a dit elle se met en confiance et elle s'ouvre de plus en plus - je pense c'est ça le but du jeu. L'homme sait que la femme est beaucoup plus attachante, abordable et avenante au lit quand elle sait qu'elle est the one and only!
 
Un préjugé ? La vérité ?
 
Malgré cette invention Gleeden les relations hommes-femmes restent très archaïques et les comportements et démarches entre les deux sexe glissent inconsciemment dans des traces classique.
 
Un de mes amants 'fraîchement' divorcé a trouvé grâce à Gleeden un nouvel amour et a fermé son profil. Depuis je me demande comment il ou elle peut avoir confiance qu'il/elle te reste fidèle?
Mais peut être qu'il existe des gens qui ne sont pas blessés par ça ?
 
Et moi? Où je suis, moi? Je peux constater que je suis une récidiviste, pendant mon dernier ébat j'ai glissé un je t'aime dans son oreille. Encore une fois je suis dans les choux, parce que lui, c'est un vrai Gleeden-boy qui voit beaucoup d'autres femmes.
Mais, l'avantage avec lui: il ne me l'a jamais caché et quand je suis avec lui, il est très présent et dans nos crénaux volés il est complètement à moi.
 
Donc j'essaie de le prendre comme un grand travail bouddhiste:
 
 Faire des excercices de 'non-attachement' et vivre l'instant présent! 
shiva-shakti.jpg
 
Je vous mets au courant, si ça marche ;-))) 

Partager cet article

Repost0