Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'éros de Scharlotte
  • : Je veux vous faire part des mes démarches érotiques au pays où les hommes aiment tant les femmes. Je suis une femme qui se cherche et s’observe. Je décris mes rêves, mes désirs et ce qui se réalise.
  • Contact

Mots aimés

Envie de prendre soin de lui, d'apprendre à le comprendre. Envie de mûrir à ses côtés, de le voir mûrir aux miens. Envie de me mettre à être compris par lui.

Extrait du 'Dormeur du Val'

 

Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter. Quelquefois trois.

Alexandre Dumas, fils

 

Ça prend une minute pour remarquer quelqu'un, une heure pour l'apprécier, une journée pour l'aimer, mais une vie pour l'oublier.

Anonymus

 

Je veux bien jouir avec d'autres, je ne veux m'abandonner qu'avec vous

Des désirs et des hommes - Françoise Simpère 

 

Mon coeur est français, mon cul est international ! Arletty

Recherche

10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 23:45

Encore ensorcelée par ma journée passée avec mon doux nounours antillais,  je tombe épuisée sur mon sofa.

 

    Je l’avais considéré comme trop passif, pas assez avide pour me convaincre de son désir. Pour suivre laantilles.jpg réputation des Antillais je l’ai vu baba-cool, à mon avis trop détendu pour être un bon coup – moi qui préfère sentir fortement le désir de l’autre avec une envie de répondre de la même façon.

 

Je souhaite la passion totale, ce que j’ai vécu avec LUI  - en sachant que ça n'arrive qu’une fois dans la vie. Pas la peine de chercher un ERSATZ. Mais bon la vie continue…

 

 

kaffe-kuchen.jpgIl arrive l’après-midi et nous avons pris le thé et le gâteau ensemble – tradition allemande-  et nous avons bavardé de tout et de rien.  Je n'espérais même pas quelque chose de plus quand enfin il m’a fait un signe timide pour se diriger vers mon lit…

 

 

Déjà ça m’emmerde, je gère mal les timides. Toujours sur le seuil de croire que je ne l’intéresse pas, ah ou il n’ose pas…comment savoir avec des muets…

 

Son corps parle une autre langue – on s’embrasse longtemps et comme je ne veux rien j’ai le temps de le laisser venir, je comprends de plus en plus comment il me désire, comment il a attendu ce moment – incompréhensible qu’il n'ait rien dit… évidemment je suis trop allemand je n’ai pas des antennes pour le non-dit…

 

Nous passons tout l’après-midi dans tous les sens et positions possibles – il me fait l’amour comme je l’aime, en levrette, en éléphant et il m’encule remarquablement – je suis ‘open’de chez ‘open’ et je coule, je coule tout ça avec une lenteur pour moi inappréciable auparavant. 

 

Il est grand et costaud, j’adore m’endormir dans ses bras forts et protecteurs – il me porte, malgré sa douceur il est mâle, si mâle que c'en est impressionnant – je suis ravie, ensorcelée.

 

Avec lui je découvre le bar à quelques pas de chez moi pour prendre un verre et il ose formuler ce qu’il pense de moi – il n’est pas très éloquent mais il arrive à dire :

"Tu ne te rends même pas compte à quel point tu es désirable, tu ne fais rien exprès, mais tu le dégages fortement, tu es naturellement la femme la plus désirable que j’ai rencontrée depuis longtemps - j’ai envie de toi, de toi, de toi tout le temps… "

 

J’ai déjà  entendu ça dans ma vie… et j’y pense encore…

Partager cet article

Repost0

commentaires