Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'éros de Scharlotte
  • : Je veux vous faire part des mes démarches érotiques au pays où les hommes aiment tant les femmes. Je suis une femme qui se cherche et s’observe. Je décris mes rêves, mes désirs et ce qui se réalise.
  • Contact

Mots aimés

Envie de prendre soin de lui, d'apprendre à le comprendre. Envie de mûrir à ses côtés, de le voir mûrir aux miens. Envie de me mettre à être compris par lui.

Extrait du 'Dormeur du Val'

 

Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter. Quelquefois trois.

Alexandre Dumas, fils

 

Ça prend une minute pour remarquer quelqu'un, une heure pour l'apprécier, une journée pour l'aimer, mais une vie pour l'oublier.

Anonymus

 

Je veux bien jouir avec d'autres, je ne veux m'abandonner qu'avec vous

Des désirs et des hommes - Françoise Simpère 

 

Mon coeur est français, mon cul est international ! Arletty

Recherche

3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 23:23

 

Les deux derniers hommes avec lesquels j’ai pris un verre et auxquels j’ai raconté un peu ma situation conjugale m’ont fortement conseillé de trouver un compromis avec mon mari. 

Un homme avait quitté sa femme subitement et divorçait dans la foulée. Après 4 ans il est revenu vers sa famille – ils se sont remariés, parce que sa vie familiale lui avait manqué. Maintenant il repart le vendredi chez lui dans le Sud de la France, pour passer ces WE en famille et pendant la semaine il travaille à Paris. Il vit dans une chouette garçonnière près de la gare fréquentée régulièrement par des fidèles de Gleeden. Il pense que sa femme 'sait' sans savoir, surtout 'on n'en parle pas'. 

Il me propose de donner des indices à mon mari, pour qu'il sache sans savoir!  

 

 15369175-ein-mann-erklart-die-liebe.jpg

L’autre homme vit un couple ‘bagarreur’ à la banlieue de Paris et pour prendre l’air il a loué un appartement à Montmartre. Maintenant il l’utilise aussi comme une garçonnière pour ses galipettes. 

Sa femme réagit de la même façon, elle ne pose pas de questions, mais elle s’en doute en mettant sa langue dans la poche. 

 

schweigen.jpg

Tiens, je réfléchis si ce cadre correspond à mon cas.

Oui, je peux imaginer que mon mari s'en doute, mais peut-être a décidé aussi de ne rien dire pour ne pas me perdre en espérant que ce n'est qu'une phase.

Ayant marre de faire mes galipettes à l'hôtel je préférerais aussi une garçonnière, donc une 'filière'! Mais je n’ai vraiment pas de sous pour me payer à côté un appartement à Paris pour mes petits plaisirs.

Donc à la maison je mate mon mari et je médite le sens de l’expression : donner des indices !

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Comme une image 08/05/2013 10:50

Ah, Scharlotte, rejoignez nous donc Waid et moi, nous essayons de créer un consortium pour louer en commun une garçonnière sur Paris (au prix de l'immobilier dans la Capitale, c'est une approche
raisonnable quand on n'a pas les moyens de vos contacts) (NB : la règle proposée par Waid en cas de surbooking de la garçonnière est : partouze !).

Par ailleurs, je ne connais pas dans le détail la nature de votre différend avec votre mari (j'imagine : une sexualité pas assez riche pour vos attentes) mais je suppose que c'est comparable avec
ce que je connais chez moi. Chaque couple a son histoire...
Laisser "des indices" ne me paraît pas une excellente suggestion. On ne peut pas forcément savoir comment l'autre va réagir (l'autre dont on se demande d'ailleurs s'il "sait" déjà, consciemment ou
pas).
Après des années d'infidélités chroniques, nombreux sont ceux et celles qui étaient persuadées que ma femme "savait". Mais rien ne le prouve. Il m'a fallu des années, à moi, pour oser faire ce
cheminement avec elle et lui dire que j'avais envie d'autre chose, en dehors de mon couple, puisque mon couple ne me l'apportait pas, malgré mes demandes. Je lui ai dit : je ne peux pas te faire
changer (i.e. je renonce à te transformer en bête de sexe !) mais je ne peux pas me changer non plus. Ça a duré quelques mois assez "remuants", ce travail de renégociation des bases de notre
couple, mais il a porté ses fruits. Aujourd'hui, je continue de m'envoyer en l'air dans la clandestinité (parce qu'elle ne veut pas entendre parler de mes aventures), mais je n'ai plus ce poids
d'avoir l'impression de ne pas être aimé pour ce que je suis profondément.